Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

La direction et la CGT signent un accord de fin de conflit

Un mois et demi après le début du mouvement social, les deux parties ont signé mardi un protocole de fin de conflit en s’accordant sur une prime qui permettra une augmentation mensuelle de 200 euros pour l’ensemble des salariés.

La direction de GRDF et la CGT ont signé mardi un protocole de sortie de conflit, mettant fin à un mouvement de grève engagé depuis six semaines autour des questions de pouvoir d’achat, ont indiqué les deux parties. L’accord prévoit le versement mensuel en 2023 d’une prime exceptionnelle d’au moins 50 euros bruts et jusqu’à 87 euros pour les plus bas salaires. Cette prime viendra compléter les dispositions inscrites cet automne dans les accords de branche et d’entreprise, pour atteindre un total d’au moins 200 euros bruts mensuels, ont précisé les signataires.

« Ce protocole de fin de conflit permet d’assurer un retour progressif à un fonctionnement normal de l’entreprise, au service de ses clients », a commenté GRDF, le gestionnaire du réseau gazier en France.

« Les services reprendront normalement »

Ce dénouement n’est « pas parfait, mais nous avons atteint la revendication majeure : au moins 200 euros par mois pour tous les salariés », a déclaré Fabrice Coudour, secrétaire fédéral FNME-CGT, ajoutant que ces revendications formulées dans un contexte d’inflation comportent des composantes locales, par exemple, selon les régions, sur les conditions de logement ou de travail.

« Les services reprendront normalement, sous couvert de ces discussions au niveau local. Nous allons vers une sortie (de la crise) mais il appartiendra à la ligne managériale de faire avancer les choses rapidement », a-t-il déclaré. averti.

La direction de GRDF avait signé en novembre un accord salarial avec trois syndicats (CFDT, CFE-Energie, FO) prévoyant une augmentation de 2,3%, en plus d’une augmentation du salaire national de base (SNB) obtenu au niveau de la branche. Mais la CGT, majoritaire dans l’entreprise de près de 12 000 salariés avec 48 % des voix, demandait 2,3 % supplémentaires. Au plus fort de la grève, la CGT revendiquait « une centaine de sites mobilisés », quand la direction parlait de « moins de 3% de grévistes ».

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page