Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

La diplomatie russe met en garde Washington contre le transfert des batteries Patriot à Kyiv — RT en français

Après avoir longtemps hésité à le faire, l’administration Biden se préparerait à transférer les systèmes anti-aériens Patriot en Ukraine. La diplomatie russe a dénoncé ce 15 décembre une décision « qui conduit à une escalade » du conflit.

Le ministère de la Défense a confirmé le 13 décembre, avec Voix de l’Amérique, son intention de fournir à l’Ukraine des batteries de missiles Patriot. « Une décision qui pourrait être annoncée dès cette semaine », poursuit le média, propriété du gouvernement américain, en s’appuyant sur les déclarations de deux responsables américains. Plus tôt ce jour, CNN a révélé que l’administration Biden finalisait un plan de transfert du système anti-aérien en Ukraine

Une annonce qui n’a pas manqué de faire réagir la diplomatie russe. « Auparavant, des experts, y compris d’outre-mer, doutaient de la rationalité d’une telle mesure qui conduit à une escalade du conflit et augmente le risque d’impliquer directement l’armée américaine dans les hostilités, mais, comme on dit : allons jusqu’au bout ! Surtout quand c’est au détriment de la vie des autres », a ainsi réagi Maria Zakharova. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a notamment rappelé la position de Moscou sur les livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine, considérées comme des « cibles militaires légitimes » qui seront « détruites ou capturées ».

Des performances discutables

Côté américain, s’il y a consensus sur l’idée d’aider l’Ukraine à contrer les frappes russes, ce n’est pas pas le cas du choix du Patriote. Au-delà des craintes de capture, de son coût et de sa complexité ou de sa vulnérabilité une fois déployé, ce système ne jouit pas d’une aussi bonne réputation que le souhaiterait son concepteur Raytheon. « Pourquoi l’Ukraine veut-elle des missiles Patriot qui ne pourraient pas protéger l’Arabie saoudite des drones ? » titre donc, sans ambages, Forbes. Le magazine économique rappelle ainsi les défaillances des batteries Patriot censées protéger les installations pétrolières et aéroportuaires saoudiennes contre les raids de missiles et de drones des Houthis.

Au niveau du Pentagone lui-même, cette décision pourrait constituer un revirement par rapport à sa position au début du conflit lorsqu’il s’agissait de trouver dans l’urgence une solution aux frappes russes. En mars, le ministère de la Défense a écourté les demandes de déploiement de tels équipements en Ukraine car « il faut y mettre des soldats américains pour que cela fonctionne », comme l’a affirmé avec DéfenseUn un haut responsable du Pentagone. « Ce n’est pas un système que les Ukrainiens connaissent bien et comme nous l’avons dit très clairement, il n’y aura pas de soldats américains combattant en Ukraine », a-t-il insisté.

Jusqu’à 90 soldats par batterie et 4 millions de dollars par missile

« C’est un système très complexe, il faut parfois jusqu’à quatre-vingt-dix personnes pour faire fonctionner une batterie complète de Patriots » développe avec NewsMax le général de brigade à la retraite Blaine Holt. « Ils vont il faut s’entrainer de l’utiliser », a expliqué l’ancien officier américain. Ce processus « prend normalement plusieurs mois », note de son côté CNNqui précise certains contours que pourrait avoir le plan du Pentagone.

Selon la chaîne d’information américaine, en cas de feu vert de la Maison Blanche, les Patriots « devraient être expédiés rapidement et les Ukrainiens seront entraînés à les utiliser sur une base de l’armée américaine à Grafenwoehr, en Allemagne », citant des responsables américains. Tout plan de livraison de tels systèmes à l’Ukraine devra être approuvé par le président Joe Biden, en plus d’être approuvé par le secrétaire à la Défense Lloyd.

Plusieurs pays alliés des États-Unis dans le monde, tels que l’Allemagne, Israël, l’Arabie saoudite et le Japon, exploitent de tels systèmes d’armes. En plus de son radar et de sa station de contrôle, une batterie Patriot peut comprendre jusqu’à huit batteries de quatre missiles. Chacun de ces missiles coûte en moyenne entre trois et quatre millions de dollars.

Les Patriots font partie des armements régulièrement réclamés par Kyiv, notamment aux côtés de l’Iron Dome israélien ou du char de combat allemand Leopard 2. Une demande à laquelle Berlin refuse toujours d’accéder. Lors d’une récente interview sur le plateau de LCIoù il remercie la France d’avoir offert des canons à César, le Premier ministre ukrainien Denys Chmyhal, réclame des chars, « notamment des Leclerc ».

Maxime Perrotin



RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page