Skip to content
La destruction par les incendies de forêt en Europe devrait atteindre un nouveau record

La destruction causée par les incendies de forêt en Europe devrait atteindre un nouveau sommet depuis le début de la tenue des registres en 2006.

Quelque 660.000 hectares de terres ont brûlé du début de l’année jusqu’au 13 août, selon les chiffres du Système européen d’information sur les feux de forêt (Effis).

Ce chiffre représente une augmentation de 56% par rapport au précédent record établi sur la même période en 2017, lorsque 420 913 hectares avaient brûlé.

La tendance suggère que plus d’un million d’hectares seront détruits d’ici la fin de l’année. En 2017, il était de 988 087.

Mais Effis, dans un tweet dimanche 14 août, a également déclaré que « la situation s’améliore dans toute l’Europe ». Il a cependant noté un « danger très extrême » dans certaines parties de l’Espagne, notamment l’Andalousie, l’Aragon et la Catalogne.

Et il a souligné qu’un « danger extrême » reste prévu dans des régions de Belgique, de France, d’Allemagne, du Portugal, d’Espagne et du Royaume-Uni.

La plus touchée est l’Espagne, qui a évacué dimanche quelque 1 500 personnes dans des villes du nord-est.

La chaleur, ainsi que des vents violents et une période de sécheresse, n’ont fait qu’augmenter leur intensité, des données récentes montrant que près des deux tiers de l’Europe connaissent une sécheresse. La période de sécheresse pourrait être la pire depuis 500 ans si elle dépasse le record de 2018, a averti un responsable du Centre commun de recherche de la Commission européenne.

Au total, quelque 260 000 hectares en Espagne ont été détruits, par près de 400 incendies.

Les données d’Efis montrent que cela a été suivi par environ 150 000 hectares en Roumanie, 76 000 au Portugal, 62 000 en France et 42 000 en Italie.

La France, pour sa part, a demandé la semaine dernière l’aide d’autres États de l’UE par le biais du mécanisme de protection civile de l’UE.

La Commission européenne a aidé à coordonner une réponse en mobilisant quatre avions d’une flotte de pompiers stationnés en Grèce et en Suède.

Des équipes de pompiers ont également été envoyées d’Autriche, d’Allemagne, de Pologne et de Roumanie pour aider leurs homologues français. Les incendies de la semaine dernière avaient contraint quelque 10 000 personnes à fuir autour de Bordeaux.

La France avait également enregistré son mois de juillet le plus sec depuis plus de 60 ans, avec seulement 9,7 millimètres de pluie.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.