Nouvelles du Canada

La démission du président de la Commission des droits de l’homme exigée

Dans une lettre ouverte, 28 signataires d’organisations musulmanes dénoncent les propos de Collin May dans un article controversé publié en 2009. Collin May commente alors le livre de l’historien Efraim Karsh : Impérialisme islamique : Une histoire (Histoire de l’impérialisme islamique). Selon M. May, l’historien défie l’illusion multiculturelle d’un islam pacifique.

Des réflexions erronées sur l’islam disent les organisations musulmanes, qui accusent Collin May de dépeindre l’islam comme une religion violente.

En réponse à ces critiques qui ont fait surface en juillet, Collin May a écrit qu’il ne croit pas ou n’adhère pas à cette description de l’Islam et qu’il s’est engagé à rencontrer la communauté musulmane apprendre des expériences vécues et travailler pour surmonter la discrimination contre [cette] communauté.

Un effort pour résoudre le différend a ensuite été entrepris, mais sans succès, selon les instances musulmanes.

Nous avons donc contacté [Collin May] lui demander s’il y avait d’autres dates possibles pour rencontrer la communauté musulmane [mais] il est resté sans réponsedit Said Omar, responsable de la sensibilisation en Alberta pour le Conseil national des musulmans canadiens.

Said Omar évalue cette situation extrêmement offensant pour la communautépour M. May publiquement promis de rencontrer ses dirigeants.

Le ministre de la Justice de l’Alberta, Tyler Shandro, a également appelé à la démission de Collin May.

une lettre ouverte […] allègue que M. May n’a pas rencontré les dirigeants de la communauté musulmane de l’Alberta a déclaré par e-mail son attaché de presse, Joseph Dow.

Lorsqu’il a reçu la lettre, le ministre [Tyler] Shandro a demandé une explication à M. May. Le ministre [Tyler] Shandro a appelé à la démission de M. May après avoir étudié [son] explicationajoute Joseph Dow.

Mohammad Aarham Mukati, vice-président de l’Association des étudiants musulmans de l’Université de Calgary, l’un des signataires, salue la décision du ministre.

J’espère [maintenant] que M. May [va démissionner]il ajoute.

Le jeune homme invite néanmoins Collin May à venir rencontrer la communauté musulmane afin de mieux la comprendre. Vous pouvez être en désaccord [avec l’islam]mais au moins avoir une conversation [avec nous]. Demandez notre avis et nous le ferons aussi dans l’autre sens.

La bonne foi de Collin May remise en cause

La Commission des droits de la personne de l’Alberta n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de CBC/Radio-Canada avant la publication de cet article.

Le Conseil national des musulmans canadiens allègue également que Collin May a envoyé des mises en demeure menaçant de poursuivre les détracteurs. Un acte inacceptableselon l’organisation. La communauté trouve épouvantable que [Collin May] veuillez vous réconcilier avec nous pendant que [menaçant] porter plainte contre [des personnes qui le critiquent]souligne Omar Saïd.

De nombreux membres de la communauté croient que sortir ensemble [promises] par Collin May ne serait donc pas menée de bonne foiil ajoute.

Aucun des 28 signataires de la lettre ouverte, y compris le Conseil national des musulmans canadiens, n’a reçu de document juridique de Collin May. Le Conseil national des musulmans canadiens n’a pas donné les noms des personnes qui auraient été contactées par Collin May.

CBC/Radio-Canada a reçu une lettre menaçant de poursuites judiciaires de Collin May, concernant un article publié le 16 juillet sur la controverse entourant la critique du livre d’Efraim Karsh.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page