Skip to content
La Cour du Québec contrainte de reporter des journées d’audience en Abitibi-Témiscamingue


Selon nos informations, une semaine entière d’audiences devait d’abord être annulée à Rouyn-Noranda, du 22 au 26 août. Or, une note interne du juge coordonnateur Thierry Potvin, dont Radio-Canada a obtenu copie, confirme que le juge Jacques Ladouceur pourra enfin siéger du 22 au 24 août.

Par contre, les journées du 25 et 26 août restent annulées à Rouyn-Noranda. La journée du 17 août, au palais de justice de La Sarre, est également annulée. Les dossiers prévus durant ces trois jours seront déposés ultérieurement.

Une situation que comprend mais déplore la présidente de l’Abitibi-Témiscamingue, Me Kathy Tremblay.

«On sait que ce n’est pas avec légèreté que la Cour du Québec devrait procéder à ces reports, qu’elle n’a pas le choix et qu’elle a probablement regardé toutes les possibilités avant d’en arriver là», observe-t-elle.

 » C’est certain que c’est très décevant pour les justiciables, car au final, ce sont surtout eux qui en font les frais, dans le sens où leur dossier est reporté, donc leur vie est un peu en suspens en attendant. Si je ne me trompe pas, ce sont des journées en cour criminelle, donc c’est sûr que ça a un impact pour eux. »

Une citation de Me Kathy Tremblay, présidente de l’Abitibi-Témiscamingue

La présidente de l’Abitibi-Témiscamingue, Me Kathy Tremblay.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Ces journées s’ajoutent à l’annulation d’une semaine d’audiences la semaine dernière à Kuujjuaq, du jamais vu en neuf ans de pratique dans la région pour Me Tremblay. Elle rappelle qu’outre les justiciables, ces reports ont un impact sur les avocats, qui ont probablement déjà préparé leurs dossiers, et sur les tribunaux.

Un manque de personnel à combler

Selon Me Tremblay, il faut remédier rapidement à la pénurie de juges et autres personnels judiciaires.

C’est certain que c’est un manque criant dans tout le système judiciaire, autant au niveau des magistrats, des greffiers, des greffiers, des membres du personnel, nous sommes très touchés dans notre région. Ce sera certainement dans les recommandations de Me Jean-Claude Latraverse, qui fait un rapport sur la justice dans le Nord. Là, on parle de journées annulées dans La Sarre et Rouyn-Noranda, mais il y en a eu aussi dans le Nord. Et à mon avis, la solution au problème, elle est là. Nous devons nommer plus de juges, mais nous avons aussi besoin de plus de personnel de soutien. Il y a aussi une pénurie au registredit le président de l’Abitibi-Témiscamingue.

La Cour du Québec, rappelons-le, demande l’ajout de deux nouveaux postes de juge dans le district judiciaire de l’Abitibi, qui dessert également le Grand Nord québécois.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.