Skip to content
la Coupe du monde sera exportée pour la première fois aux États-Unis

Soutenue par le président Joe Biden, la candidature américaine a été validée jeudi par l’instance de World Rugby pour accueillir la Coupe du monde masculine en 2031 et l’édition féminine de cette compétition en 2033. Près de quarante ans après le football, le rugby aura à son tour sa Coupe du monde en les États Unis.

L’organisation World Rugby a désigné, jeudi 12 mai, les pays hôtes des cinq prochaines Coupes du monde de rugby avec deux éditions, celle des hommes en 2031 et celle des femmes en 2033, aux Etats-Unis, la première de l’histoire. au pays de l’Oncle Sam.

Avant de visiter ce nouveau territoire encore inexploré, le rugby s’installera d’abord dans son berceau, en Angleterre, en 2025 pour la Coupe du monde féminine. Viendra ensuite l’Australie en 2027 (hommes) et 2029 (femmes). Puis les États-Unis.

« Aujourd’hui, nous avons nommé trois nations hôtes exceptionnelles de la Coupe du monde de rugby – l’Angleterre, l’Australie et les États-Unis – offrant une certitude sans précédent et une opportunité unique de stimuler la croissance et la portée de la Coupe du monde de rugby dans le monde », s’est réjoui Bill Beaumont, président de World Rugby.

« La confirmation de ces destinations repose sur une nouvelle approche partenariale de la livraison des tournois qui favorisera le développement durable, notamment aux États-Unis et pour le rugby féminin, permettant au sport de réaliser son potentiel sur et en dehors du terrain et générant d’importantes retombées socio-économiques. avantages pour les pays d’accueil », a-t-il ajouté.

La candidature américaine avait été soutenue par le président Joe Biden, qui avait adressé le mois dernier une lettre à World Rugby dans laquelle il rappelait la volonté des Etats-Unis d’aider au développement de cette discipline sur le sol américain et dans le monde entier.

« USA Rugby va maintenant s’aventurer dans une nouvelle ère et s’assurer que le tournoi le plus prestigieux du sport soit un tremplin pour susciter une excitation et une passion durables pour le rugby d’un océan à l’autre », a déclaré le directeur général de la Fédération américaine, Ross Young.

La France accueillera en 2023 La prochaine édition

L’Angleterre, qui accueillera l’édition féminine de 2025, a déjà affronté les pays hôtes à trois reprises avec une Coupe du monde féminine (2010) et deux masculines (1991 et 2015).

« Nous sommes ravis d’accueillir la Coupe du monde de rugby 2025, ça va être incroyable (…) Nous laisserons un héritage durable pour le rugby féminin en Angleterre, au Royaume-Uni et dans le monde, attirant plus de joueuses et de nouveaux publics », a promis Sue Day, directrice des opérations et des finances de la Fédération anglaise (RFU), ancienne capitaine de l’équipe d’Angleterre.

L’Australie, qui a déjà organisé la première Coupe du monde masculine en 1987 (avec la Nouvelle-Zélande) puis en 2003, était ravie d’accueillir les hommes en 2027 et les femmes en 2029. « Nous sommes ravis d’accueillir non pas une mais deux Les coupes sur nos côtes changent la donne pour le rugby dans ce pays, une opportunité unique de revitaliser et d’assurer l’avenir du rugby ici et de voir le sport que nous aimons tous grandir et prospérer pour les années à venir, « , a déclaré le président de Rugby Australie, Hamish McLennan.

L’édition masculine 2027 sera la première dans l’hémisphère sud depuis l’édition 2011 disputée en Nouvelle-Zélande. L’Angleterre et le Japon avaient accueilli respectivement les millésimes 2015 et 2019. La France organisera la prochaine, en 2023, qui sera la dixième édition masculine de cette compétition.

En s’exportant outre-Atlantique, la Coupe du monde de rugby valide sa volonté d’expansion, après avoir déjà visité l’Asie (Japon) il y a trois ans. L’Afrique devra encore patienter pour recevoir sa première Coupe du monde depuis l’Afrique du Sud en 1995.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.