Skip to content
La CMM veut protéger les anciens terrains de golf


La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui regroupe 82 municipalités de la grande région de Montréal, s’apprête à légiférer pour protéger les espaces verts des terrains de golf désaffectés très prisés par les promoteurs immobiliers.

• Lisez aussi : Violence armée à Montréal : la recherche scientifique comme solution

• Lisez aussi : Le Grand Montréal veut protéger ses milieux naturels

• Lisez aussi : Transport en commun en banlieue de Montréal : deux mondes différents

Au cours de la dernière décennie, 12 terrains de golf ont cessé leurs activités dans le Grand Montréal pour faire place à des projets de développement immobilier, selon une compilation de la CMM.

Selon nos informations, un règlement de contrôle provisoire (RIC) pour la protection des golfs devait être annoncé fin avril, mais il a été décidé de reporter le tout à juin. Selon la définition donnée par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, le contrôle intérimaire est un moyen de « restreindre ou d’encadrer la réalisation de nouveaux projets de lotissement, de construction ou de nouveaux usages du sol lors de l’élaboration, de la modification ou de la révision des outils de planification ”.

« Nous en sommes au stade de la discussion », nous a dit par écrit la porte-parole de la CMM, Julie Brunet, sans vouloir aller plus loin.


La CMM veut protéger les anciens terrains de golf

Mathieu Ste-Marie / Agence QMI

« Une préoccupation majeure »

Présentement, sur le territoire de la CMM, le sort des anciens terrains de golf est encore incertain dans plusieurs municipalités, dont Chambly, Beloeil, Terrebonne et Rosemère.

« La préservation des terrains de golf est une préoccupation importante pour la Ville de Terrebonne, nous a assuré le maire de Terrebonne, Mathieu Traversy. À cette fin, nous collaborons avec la CMM pour déterminer les moyens possibles d’assurer la conversion de certains terrains de golf en espaces naturels.

L’an dernier, le maire Traversy s’était engagé à augmenter le nombre d’espaces verts dans sa ville et à maintenir le zonage récréotouristique de l’ancien golf Le Boisé.

De son côté, de l’autre côté du fleuve, la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé, émet quelques réserves quant à un éventuel règlement de la CMM qui empêcherait la construction d’infrastructures sur les anciens terrains de golf.

« Chaque golf a un positionnement, un potentiel environnemental et une histoire différents. Il faut éviter de tout mettre dans le même panier », a commenté le maire, ajoutant avoir « la misère avec le mur à mur ».

Dans sa commune, une partie de la zone de l’ancien golf a déjà été aménagée, et un parc et une route doivent y être construits pour améliorer la circulation.

« Nous avons des directives claires pour protéger le terrain de golf, mais nous avons aussi des enjeux de développement », soutient le maire Labbé.

De son côté, la mairesse de Beloeil, Nadine Viau, juge prématuré de se prononcer sur ce projet de règlement, qui n’a pas encore été annoncé publiquement. Rappelons que l’an dernier, à Beloeil, un projet de résidence pour personnes âgées sur un terrain de golf avait été rejeté par les élus municipaux. La vocation future de ces terres, dont les propriétaires cherchent à vendre une partie, reste cependant encore incertaine.

La CMM compte 65 terrains de golf sur son territoire, pour une superficie totale de 5 677 hectares, soit environ 1,5 % du territoire métropolitain.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.