Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

La capitale indienne New Delhi étouffée par un brouillard toxique


Les autorités ont annoncé vendredi que les écoles de la capitale indienne étaient fermées pendant deux jours en raison de niveaux dangereux de pollution atmosphérique due aux brûlages agricoles, au transport routier et aux émissions industrielles. Le niveau de particules fines, les plus dangereuses, est 35 fois supérieur au niveau maximum fixé par l’OMS.

Publié sur :

2 minutes

En raison du niveau dangereux de pollution de l’air, matérialisé par un brouillard jaunâtre et toxique, les écoles de New Delhi – la capitale indienne – ont été fermées vendredi 3 novembre, ont annoncé les autorités.

Selon la société suisse de surveillance de la qualité de l’air IQAir, le niveau de particules fines (PM 2,5), les plus dangereuses, est 35 fois supérieur au niveau maximum fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). ).

Le ministre en chef de New Delhi, Arvind Kejriwal, a annoncé jeudi soir que toutes les écoles primaires seraient fermées dans la capitale pendant au moins deux jours. « Au vu de l’augmentation des niveaux de pollution, toutes les écoles primaires publiques et privées de Delhi resteront fermées pendant les deux prochains jours », a annoncé Arvind Kejriwal sur X (ex-Twitter).


New Delhi, l’une des plus grandes zones urbaines de la planète, est régulièrement classée parmi les villes les plus polluées au monde.

Des plans de réduction de la pollution sans résultats

Le brouillard toxique, alimenté par les brûlages agricoles, les émissions industrielles et le transport routier, stagne dans la mégapole de 30 millions d’habitants.

Le problème culmine au début de l’hiver, autour de la fête hindoue de Diwali, qui coïncide avec les semaines où des dizaines de milliers d’agriculteurs du nord de l’Inde brûlent les chaumes de riz.

Cette pratique est l’une des principales causes de la pollution qui asphyxie la capitale chaque année et persiste malgré les efforts des autorités pour persuader les agriculteurs d’utiliser d’autres méthodes de défrichement et les menaces de mesures punitives.

Voir égalementInde : New Delhi se retrouve plongée dans un épais nuage de pollution

Les autorités annoncent régulièrement différents plans pour réduire la pollution, notamment en suspendant les travaux de construction, mais sans grand résultat.

Une étude de The Lancet, revue médicale britannique, publiée en 2020, imputait 1,67 million de décès, un an plus tôt, à la pollution de l’air en Inde, dont près de 17 500 dans la capitale.

L’Inde dépend fortement du charbon pour sa production d’énergie. Le pays a vu ses émissions par habitant augmenter de 29 % au cours des sept dernières années et hésite à mettre en œuvre des politiques visant à éliminer progressivement les combustibles fossiles polluants.

Avec l’AFP



gn world

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page