Skip to content
La Bourse de Paris tirée par la montée du luxe


La forte hausse des valeurs du luxe, portée par les premiers signes d’assouplissement des restrictions sanitaires en Chine, a entraîné lundi matin dans la baisse l’ensemble de la Bourse de Paris, qui progressait de 0,72%.

L’indice star CAC 40 a pris 46,98 points à 6.562,73 points vers 9h35. Sur l’ensemble de la semaine écoulée, il a signé sa meilleure performance hebdomadaire depuis la mi-mars (+3,67%), lui permettant de revenir à son plus haut niveau pour un mois (6 515,75 points).

Les valeurs de luxe, comme LVMH, Kering, Hermès ou le géant des cosmétiques L’Oréal, pour qui la Chine est aussi un marché fort, ont pris la tête de l’indice.

Les investisseurs saluent le déconfinement progressif de Shanghai et la levée d’une partie des restrictions sanitaires contre le Covid-19 à Pékin, de bon augure pour la reprise de l’activité dans la deuxième économie mondiale. Autre facteur, « les autorités continuent d’annoncer davantage de mesures de soutien à l’activité pour relancer la croissance », a expliqué Xavier Chapard, économiste à la Banque Postale AM.

Mais « le diable est dans les détails » des annonces, et le marché met de côté les risques de rechute pour se concentrer sur l’espoir du pic des restrictions sanitaires, a prévenu Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

Dans des volumes qui devraient encore baisser lundi, car les marchés américains seront fermés en raison du congé du Memorial Day aux Etats-Unis, la côte parisienne a poursuivi sa dynamique entamée lors du pont de l’Ascension.

Le mouvement a notamment apporté les premiers signes d’un ralentissement de l’inflation aux Etats-Unis, ce qui allégerait la pression sur la banque centrale américaine (Federal Reserve, Fed) concernant son resserrement monétaire.

« Certains investisseurs tentent de se repositionner sur les actions, alors qu’on observe une relative accalmie des taux », signe de confiance dans la capacité de la Fed à pouvoir lutter contre l’inflation sans provoquer de récession majeure, jugent les analystes de Saxo Bank .

Toutefois, cette tendance « peut être trompeuse compte tenu des fondamentaux qui n’ont pas changé », nuancent-ils.

La Chine fait briller le luxe et les spiritueux

Comme en fin de semaine dernière, le secteur du luxe, poids lourd de l’indice, s’est montré dynamique.

Hermès a pris 3,11% à 1.126,00 euros, Kering 2,58% à 501,60 euros, LVMH 2,26% à 606,80 euros.

Le géant des cosmétiques L’Oréal, bien implanté en Chine, a également pris 3,08% à 335,30 euros.

Autre valeur liée à la Chine, le géant des spiritueux Pernod Ricard progresse de 1,85% à 186,85 euros. Rémy Cointreau suivait (+2,59% à 174,50 euros).

Sanofi déçu par la FDA

Le laboratoire pharmaceutique Sanofi a signé la pire performance du CAC 40 (-2,35% à 99,96 euros), après avoir annoncé lundi que l’Agence américaine du médicament (FDA) avait reporté le début d’un essai du Cialis, médicament contre les troubles de l’érection.

Dans le même secteur, Ipsen recule également, perdant 2,15% à 93,35 euros.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.