Skip to content
la bataille du gaz relancée par la Russie


Le géant gazier russe Gazprom a annoncé qu’il réduirait drastiquement, à 33 millions de mètres cubes par jour, les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream à partir de mercredi, relançant la bataille gazière entre la Russie et l’Occident. . Suivez les événements en direct.

  • 4h49 : Sergueï Lavrov est arrivé en Ouganda

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov est arrivé en Ouganda, troisième étape de sa tournée africaine, a annoncé lundi soir une porte-parole de la diplomatie russe. Il s’est précédemment rendu en Egypte et au Congo, où il a voulu rassurer ses partenaires après l’accord sur des corridors sécurisés pour les exportations de céréales d’Ukraine et de Russie qui devraient conjurer les risques d’insécurité alimentaire en Afrique. .

« A Entebbe, Sergueï Lavrov est accueilli par son homologue ougandais », a écrit Jeje Odongo, porte-parole Maria Zakharova. Selon l’agence de presse russe TASS, Sergueï Lavrov devait rencontrer mardi le président ougandais Yoweri Museveni.

  • 3h31 : « un succès partiel » dans le Donbass

L’état-major de l’armée ukrainienne affirme que les troupes russes ont enregistré un « succès partiel » près de la centrale thermique de Vouglegirsk dans le Donbass, bien qu’elles aient subi des pertes en tentant d’avancer vers le bastion ukrainien de Bakhmout dans la région de Donetsk.

  • 01h14 : nouvelles passes d’armes sur les livraisons de gaz

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé qu’il réduirait drastiquement à partir de mercredi, à 33 millions de mètres cubes quotidiens, les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream, arguant de la nécessité de maintenance d’une turbine.

L’opérateur du réseau de transport de gaz ukrainien, GTSOU, s’est ému lundi soir d’une « montée rapide de la pression sur le gazoduc Urengoy-Pomary-Ouzhgorod », à la frontière entre la Russie et l’Ukraine. « Le changement de pression s’est produit sans aucun avertissement de Gazprom », a déclaré GTSOU dans un communiqué, ajoutant qu’un « changement de pression peut entraîner des situations d’urgence sur le gazoduc principal ».

Long de 4 500 kilomètres, ce gazoduc part de Sibérie pour relier les clients européens via l’Ukraine. La partie russe est opérée par Gazprom.

Avec Reuters et AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.