Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

L’« euro numérique » aura-t-il lieu, et si oui, quand ?


Comme la plupart des banques centrales du monde, la Banque centrale européenne (BCE) envisage une monnaie numérique de banque centrale.

À la suite d’une consultation publique et d’un travail d’expérimentation avec les banques centrales nationales de la zone euro en 2021, la BCE étudie actuellement la conception optimale d’un euro numérique.

  • Un euro numérique représenterait un changement radical dans les paiements transfrontaliers – rendant les transferts d’argent internationaux plus rapides, moins coûteux et plus transparents (Photo : BTC Keychain)

Quelle que soit la structure finale, un euro numérique compléterait les paiements en espèces en offrant une alternative numérique.

Cela a des implications pour tout le monde. Avant tout, s’il était adopté, un euro numérique représenterait un changement radical dans les paiements transfrontaliers, rendant les transferts d’argent internationaux plus rapides, moins coûteux et plus transparents. Le système de paiement mondial existant comprend des chaînes de transactions non transparentes et coûteuses entre les banques correspondantes.

Une structure de règlement interopérable devrait éliminer la nécessité de telles relations de correspondant bancaire pour les transactions transfrontalières.

En outre, répondant à la préférence croissante des particuliers et des entreprises pour les paiements numériques, il servirait de moyen de paiement alternatif pour les transactions de détail.

Cela conduirait à des changements structurels dans le secteur, réduisant la fragmentation du marché européen des paiements de détail. Il va sans dire que l’adoption d’un euro numérique pourrait également favoriser la concurrence et encourager davantage l’innovation financière.

Alors qu’un euro numérique serait convertible 1 contre 1 avec des billets de banque, il ne devrait pas remplacer complètement l’euro physique.

La BCE déclare qu’il ne serait conçu que comme un moyen de paiement alternatif pour les transactions de détail courantes de la vie quotidienne et non comme un instrument pour des investissements financiers.

En conséquence, l’attention des décideurs politiques reste actuellement sur les implications potentielles pour le commerce de détail.

L’intention est d’introduire un euro numérique en tant que moyen grâce à l’introduction d’une solution unique « à guichet unique ». Cela fournirait une solution universellement acceptée et sécurisée qui facilite les paiements sans contact et instantanés.

Malgré sa portée limitée d’utilisation générale prévue, la mise en œuvre de l’euro numérique sera sans aucun doute un processus complexe et ardu avec de multiples défis.

Plein de défis

Par exemple, des recherches récentes menées par la BCE ont indiqué que la sûreté et la sécurité étaient les principales préoccupations.

Cela signifie que, à tout le moins, des mesures solides seraient nécessaires contre la fraude et le piratage, ainsi que des méthodes d’authentification de paiement sûres et fiables telles que les méthodes biométriques de vérification des paiements.

D’un point de vue technique, les décideurs expérimentent différentes approches et technologies, y compris des solutions « centralisées » et « décentralisées ».

Il est également entendu que deux versions sont actuellement à l’étude dans la zone euro : une « version en ligne », qui permettrait de traiter les paiements par un tiers, et une « version hors ligne », dans laquelle les paiements seraient effectués directement de personne à -la personne.

Défis techniques mis à part, l’adoption d’un euro numérique nécessiterait un règlement du Parlement européen, sur proposition de la Commission européenne.

Une récente consultation — qui s’est terminée le 16 juin 2022 — a constitué le premier pas vers une législation bruxelloise sur un euro numérique. D’un point de vue législatif, l’adoption d’un euro numérique nécessitera notamment des lois dans des domaines tels que la vie privée et la lutte contre le blanchiment d’argent.

Après la finalisation de la phase de conception optimale actuelle en octobre 2023, le conseil d’administration décidera ensuite de passer ou non à la phase suivante, qui devrait durer environ trois ans.

Cela signifie que l’adoption d’un euro numérique n’est pas garantie et, en tout cas, ne devrait pas se concrétiser avant fin 2026.

Dans l’intervalle, il y aura également des questions de politique monétaire intérieure et étrangère et de stabilité financière que les décideurs devront prendre en considération.

Par exemple, les régulateurs devront introduire des mesures pour empêcher un transfert excessif et brutal des dépôts des banques commerciales vers l’euro numérique, ce qui pourrait créer de graves problèmes de liquidité pour les banques avec des effets d’entraînement à l’échelle du système.

En outre, une forte demande étrangère pour l’euro numérique émanant d’économies n’appartenant pas à la zone euro pourrait exercer une pression à la hausse sur l’euro, ce qui pourrait gravement nuire à la compétitivité-prix des États membres.

Un euro numérique aurait également des implications pour les autorités monétaires des pays hors zone euro. Si la monnaie numérique devait se généraliser, elle pourrait affaiblir l’efficacité de la politique monétaire dans les économies hors zone euro.

Toutes les banques centrales ont pour mandat de maintenir la valeur de leur monnaie nationale, à la fois sous forme physique et numérique.

Par conséquent, les décideurs politiques de l’UE devraient adopter une approche multilatérale à l’égard d’une monnaie numérique, en étroite coordination et coopération avec leurs homologues d’autres pays, en tenant compte des implications de l’adoption d’une monnaie numérique pour toutes les parties prenantes concernées.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Ray Richard

Head of technical department in some websites, I have been in the field of electronic journalism for 12 years and I am interested in travel, trips and discovering the world of technology.
Bouton retour en haut de la page