Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Israël cherche à évacuer les Palestiniens bloqués dans une ville du sud de Gaza avant une invasion attendue | WIVT

JERUSALEM (AP) — Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré vendredi qu’il avait ordonné à l’armée de préparer un plan pour évacuer les civils de Rafah avant une invasion israélienne attendue de la ville densément peuplée du sud de Gaza.

Cette annonce fait suite à de vives critiques internationales, notamment de la part des États-Unis, concernant les intentions israéliennes de déplacer des forces terrestres dans la ville frontalière avec l’Égypte. Rafah comptait environ 280 000 habitants avant la guerre et, selon les Nations Unies, elle abrite aujourd’hui quelque 1,4 million de personnes supplémentaires vivant chez des proches, dans des abris ou dans de vastes camps de tentes après avoir fui les combats ailleurs à Gaza.


Israël affirme que Rafah est le dernier bastion du Hamas à Gaza après plus de quatre mois de guerre.

« Il est impossible d’atteindre l’objectif de la guerre consistant à éliminer le Hamas en laissant quatre bataillons du Hamas à Rafah », a déclaré le bureau de Netanyahu. « Au contraire, il est clair qu’une activité intense à Rafah nécessite que les civils évacuent les zones de combat. »

Il a indiqué qu’il avait ordonné à l’armée et aux responsables de la sécurité d’élaborer un « plan combiné » comprenant à la fois une évacuation massive des civils et la destruction des forces du Hamas dans la ville.

Israël a déclaré la guerre après que plusieurs milliers de militants du Hamas ont fait irruption dans le sud d’Israël le 7 octobre, tuant 1 200 personnes et en prenant 250 autres en otages. Une offensive aérienne et terrestre israélienne a tué environ 28 000 Palestiniens, pour la plupart des femmes et des mineurs, selon les autorités sanitaires locales. Environ 80 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont été déplacés et le territoire a plongé dans une crise humanitaire avec des pénuries de nourriture et de services médicaux.

Netanyahu a largement rejeté les critiques internationales concernant le nombre de morts parmi les civils, affirmant que le Hamas est responsable de la mise en danger des civils en opérant et en se cachant dans les zones résidentielles. Mais ces critiques se sont intensifiées ces derniers jours alors que Netanyahu et d’autres dirigeants ont promis de s’installer à Rafah.

Le président américain Joe Biden a déclaré jeudi que la conduite d’Israël dans la guerre était « exagérée », la critique la plus sévère jamais adressée par les États-Unis à son proche allié. Le Département d’État a déclaré qu’une invasion de Rafah dans les circonstances actuelles « serait un désastre ».

L’opération constituera un défi à plusieurs niveaux. On ne sait toujours pas où les civils peuvent aller. L’offensive israélienne a provoqué des destructions généralisées, notamment dans le nord de Gaza, et des centaines de milliers de personnes n’ont plus de maison où rentrer.

En outre, l’Égypte a averti que tout mouvement de Palestiniens à travers la frontière égyptienne menacerait le traité de paix vieux de quatre décennies entre Israël et l’Égypte. Le poste frontière entre Gaza et l’Égypte, qui est en grande partie fermé, sert de principal point d’entrée à l’aide humanitaire.

Israël a déjà commencé à frapper Rafah depuis les airs. Des frappes aériennes dans la nuit et vendredi ont touché deux immeubles résidentiels à Rafah, tandis que deux autres sites ont été bombardés dans le centre de Gaza, dont un qui a endommagé une école maternelle transformée en refuge pour les Palestiniens déplacés. Vingt-deux personnes ont été tuées, selon les journalistes de l’AP qui ont vu les corps arriver dans les hôpitaux.

FROTTEMENT CROISSANT

Les commentaires de hauts responsables américains à propos de Rafah ont signalé des frictions croissantes avec Netanyahu après la visite dans la région du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Blinken, qui a travaillé avec l’Égypte et le Qatar pour tenter de négocier un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, a quitté la région jeudi sans accord. Mais il a déclaré qu’il pensait qu’il était encore possible de parvenir à un accord qui inclurait une pause prolongée dans les combats en échange de la libération d’un grand nombre des plus de 100 otages détenus par le Hamas.

Netanyahu a semblé snober Blinken, affirmant qu’il ne se contenterait que d’une « victoire totale ». Le dirigeant israélien a déclaré que la guerre visait à détruire les capacités militaires et gouvernementales du Hamas et à ramener tous les otages chez eux. Alors que Blinken est toujours en ville, Netanyahu a déclaré que la réalisation de ces objectifs nécessiterait une opération à Rafah. Vedant Patel, porte-parole du Département d’État, a déclaré jeudi que poursuivre une telle offensive « sans planification et sans réflexion dans une zone où un million de personnes abritent serait un désastre ».

John Kirby, porte-parole de la sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré qu’une offensive terrestre israélienne à Rafah n’était « pas quelque chose que nous soutiendrions ».

Les responsables des agences humanitaires ont également lancé des avertissements quant à la perspective d’une offensive sur Rafah. « Nous avons besoin que les derniers hôpitaux, abris, marchés et systèmes d’approvisionnement en eau de Gaza restent fonctionnels », a déclaré Catherine Russell, directrice de l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance. « Sans eux, la faim et les maladies vont monter en flèche, tuant davantage d’enfants. »

Alors que la guerre en est à son cinquième mois, les forces terrestres israéliennes se concentrent toujours sur la ville de Khan Younis, juste au nord de Rafah, mais Netanyahu a déclaré à plusieurs reprises que Rafah serait la prochaine, semant la panique parmi des centaines de milliers de personnes déplacées.

FRAPPES AÉRIENNES PENDANT LA NUIT

Vendredi peu après minuit, un immeuble résidentiel a été frappé près de l’hôpital koweïtien de Rafah, tuant cinq personnes de la famille al-Sayed, dont trois enfants et une femme. Une deuxième frappe sur Rafah a tué trois autres personnes.

Une autre grève nocturne, dans la ville centrale de Deir al-Balah, a coûté la vie à neuf personnes. Toujours dans le centre de Gaza, une frappe a touché près d’un jardin d’enfants transformé en abri, endommageant le bâtiment. Il a tué cinq personnes et en a blessé plusieurs autres. Des témoins ont déclaré que les résidents du refuge dormaient à ce moment-là.

Une femme, portant une petite fille dans ses bras, a crié à son arrivée à l’hôpital local des martyrs d’Al Aqsa : « Que pouvons-nous faire ? C’est l’œuvre du lâche ennemi sioniste qui choisit des civils innocents. Cette fille tire des roquettes sur les Juifs ? Que Dieu nous aide. »

Certains des enfants blessés ont été soignés alors qu’ils étaient allongés sur le sol.

TRAVAILLER POUR UN CESSEZ-LE-FEU

L’offensive aérienne et terrestre menée par Israël depuis quatre mois – parmi les plus destructrices de l’histoire récente – a tué 27 947 Palestiniens et en a blessé plus de 67 000, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires locales. La guerre a chassé la plupart des gens de leurs foyers et poussé un quart de la population à la famine, selon l’ONU.

Biden a déclaré qu’il continuait de travailler « sans relâche » pour faire pression sur Israël et le Hamas pour qu’ils conviennent d’une pause prolongée dans les combats.

Netanyahu a rejeté les demandes du Hamas concernant un accord d’otages, qui comprend la fin de la guerre et la libération de centaines de prisonniers palestiniens vétérans purgeant de longues peines en Israël pour des attaques meurtrières menées dans le cadre du conflit de longue durée. Netanyahu a qualifié les demandes du Hamas d’illusoires, même si Blinken a déclaré qu’il pensait que la poursuite des négociations, par l’intermédiaire des médiateurs égyptiens et qatariens, était possible.

Les objectifs de guerre d’Israël semblent de plus en plus insaisissables, à mesure que le Hamas réapparaît dans certaines parties du nord de Gaza, qui a été la première cible de l’offensive et a connu des destructions généralisées. Israël n’a sauvé qu’un seul otage, tandis que le Hamas affirme que plusieurs ont été tués lors de frappes aériennes ou de missions de sauvetage ratées.

___

Jobain a fait un reportage depuis Rafah, dans la bande de Gaza, et Mroue, depuis Beyrouth.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page