Skip to content
Ils nagent de Val-d’Or à Amos pour promouvoir la santé mentale


Le groupe souhaite ainsi sensibiliser les gens à l’importance de demander de l’aide dans les moments difficiles et invite la population à être particulièrement attentive pour détecter les personnes en détresse psychologique.

L’instigateur de ce relais est le triathlète valdorien Daniel Burke. Il avait réalisé l’exploit seul pour la première fois, en cinq jours, en 2011, secoué par une vague de suicides à Lac-Simon. Puis il a récidivé en 2013, en trois jours, avec son ami Thierry Tremblay. Dans la foulée de la pandémie, il a souhaité reprendre l’activité, mais cette fois sous forme de relais.

Je prévoyais de le refaire dans deux ou trois jours, mais j’ai eu 60 ans cette année. Je me suis rendu compte que j’avais plus de misère, que je me blessais plus facilement, et c’est là que je me suis dit qu’avec un groupe, le message aurait peut-être plus de sens. Et là, aujourd’hui, nous étions vraiment une belle ganga-t-il mentionné dans les instants qui ont suivi leur arrivée à Amos, mardi midi.

Vagues de trois pieds !

Un premier groupe de nageurs de Val-d’Or s’est élancé tôt lundi matin à la sortie du lac Blouin et a bravé les éléments pour atteindre le lac La Motte en soirée, vers 19 h 30. Les conditions extrêmes, avec des vagues de trois pieds, forcé les participants à ne pas traverser le lac Malartic à la nage. Daniel Burke y voit une forme d’allégorie.

Le triathlète valdorien Daniel Burke, instigateur de ce relais.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

La météo d’hier [lundi], c’est une épreuve. Cela ne peut pas toujours être facile. C’est comme la vie. Tu as des difficultés, tu prends ton temps, tu t’en sors. En 2013, c’était pareil. Il y a eu des éclairs et nous nous sommes demandé si nous devions partir, puis nous sommes partis quand même. Le premier jour avait été comme hier. Nous avons eu la misère. Et quand on a fini à Amos, regarde, un beau gros soleil !il a souligné.

Mardi matin, le groupe a quitté la tête du lac de La Motte pour rejoindre les nageurs d’Amos au lac de Figuery. Ensuite, tous les nageurs présents ont fait une arrivée en peloton sous un ciel radieux au Quai Desjardins, au centre-ville d’Amos. Ce n’est qu’alors que Daniel Burke a pris pleinement la mesure du geste de solidarité des participants et des bénévoles.

 » Tous les gens qui ont nagé, ils sont vraiment contents de l’avoir fait. Certains ont nagé deux kilomètres, d’autres ont nagé 10 kilomètres. C’est de l’entraide. Ensuite, nous sommes tous revenus ensemble à Amos, dans une grande finale. J’ai eu de grandes émotions. C’est spécial. Je nageais et il y avait des ballons tout autour de moi, des ballons que les nageurs traînaient par sécurité. Je ne pensais pas que nous étions si nombreux, c’est vraiment le amusement. »

Une citation de Daniel Burque

Il ne sait pas si et quand l’activité reviendra, mais il réitère qu’il est important que les gens s’entraident, surtout avec les effets dévastateurs de la pandémie sur la santé mentale, et qu’ils demandent de l’aide s’ils éprouvent de la détresse psychologique.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.