Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueBourse Entreprise

il trouve un stylo dans sa tarte aux pommes

Il a contacté la presse car il n’avait pas été « pris suffisamment au sérieux » par ses interlocuteurs. Le 23 janvier 2024, Lilian Moyen, habitante de Léguillac-de-l’Auche, en Dordogne, a eu la désagréable surprise de retrouver, dans une tarte aux pommes achetée chez Leclerc…

Il a contacté la presse car il n’avait pas été « pris suffisamment au sérieux » par ses interlocuteurs. Le 23 janvier 2024, Lilian Middle, habitante de Léguillac-de-l’Auche, en Dordogne, a eu la désagréable surprise de trouver, dans une tarte aux pommes achetée chez Leclerc à Saint-Astier, un stylo orange rempli d’encre. « On a d’abord pensé que c’était un haricot glissé par erreur, explique ce père de famille. Mais en fait, il s’agissait d’un stylo à bille déformé par la chaleur, poursuit l’intéressé. Il était coincé entre la pâte et le moule en aluminium. »


L’enclos, que « Sud Ouest » a pu voir de près, a été déformé par la chaleur.

Émilie Delpeyrat

Déçu par sa trouvaille, Lilian Middle est retourné au supermarché pour informer la direction de sa mésaventure. « Une dame responsable des questions d’hygiène et de sécurité m’a reçu. Elle m’a expliqué que les tartelettes n’étaient pas confectionnées sur place, mais simplement cuites par le personnel du rayon boulangerie. Elle m’a promis de signaler le problème par mail à l’entreprise Pasquier (1), qui fabrique les tartelettes pour le compte du supermarché », raconte le quadragénaire qui n’a, à ce jour, reçu aucun retour. du sous-traitant. « Une personne de Saint-Astier m’a rappelé pour me dire que la direction Pasquier déclinait toute responsabilité. Selon elle, le système de contrôle qualité aurait détecté la présence du stylo.

La tarte a été achetée dans un supermarché.


La tarte a été achetée dans un supermarché.

RD

Contactée par « Sud Ouest », la direction du supermarché de Saint-Astier décline une nouvelle fois toute responsabilité. « Si le stylo était passé dans notre four, il aurait fondu, ce qui n’est pas le cas », précise Julien Bonnafoux, le directeur du supermarché. « Nous avons crédité la carte de fidélité du client du montant payé pour l’achat du gâteau et avons fait un geste commercial en lui proposant une carte cadeau de 10 euros, mais le client n’a pas accepté notre offre après l’avoir jugée insuffisante », regrette Julien Bonnafoux.

« J’attends surtout d’avoir des explications », répond Lilian Middle, pour qui les dégâts ne sont pas anodins.

(1) Contactée par « Sud Ouest », la société Pasquier n’a pas répondu à nos nombreuses demandes.

gn buss

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page