Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Hostilités dans la bande de Gaza et en Israël | Mise à jour Flash #51 [EN/AR/HE] – territoire palestinien occupé

Pièces jointes

POINTS CLÉS

  • La pause humanitaire, convenue par Israël et le Hamas, qui est entrée en vigueur le 24 novembre, a été largement maintenue pour la troisième journée consécutive. Cette pause a permis à l’ONU d’améliorer la fourniture de l’aide à Gaza et à travers Gaza.
  • Le 26 novembre, des convois humanitaires ont atteint les zones situées au nord de Wadi Gaza (ci-après : le nord). Les agences des Nations Unies et la Société du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) ont distribué 1 062 tonnes métriques (tonnes) de nourriture prête à manger à quatre abris de l’UNRWA dans le camp de Jabalia ; 185 MT de tentes et couvertures et 890 MT d’eau en bouteille vers divers sites ; ainsi que 164 tonnes de fournitures médicales à l’hôpital Al Ahli dans la ville de Gaza. Les convois ont été soigneusement inspectés par les forces israéliennes déployées à un point de contrôle près de Wadi Gaza avant de se diriger vers le nord.
  • La mission qui est arrivée à l’hôpital baptiste Al Ahli a évacué au moins 17 patients et blessés, ainsi que 11 de leurs accompagnateurs, vers l’hôpital européen de Khan Younis (sud). Malgré d’énormes pénuries et contraintes, Al Ahli reste opérationnel et admet des patients.
  • La distribution de l’aide dans les zones au sud de Wadi Gaza, où réside actuellement la majeure partie d’environ 1,7 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI), s’est accélérée au cours des trois derniers jours. Les principaux prestataires de services, notamment les hôpitaux, les installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement et les abris pour personnes déplacées, ont continué de recevoir quotidiennement du carburant pour faire fonctionner les générateurs.
  • Au cours des trois derniers jours, du gaz de cuisine est entré dans Gaza, contrairement à la période précédant la pause. Toutefois, les montants restent bien en deçà des besoins. Les files d’attente dans une station-service à Khan Younis se seraient étendues sur environ 2 kilomètres, et les gens y attendaient toute la nuit. Pendant ce temps, des rapports indiquent que des gens brûlent des portes et des cadres de fenêtres pour cuisiner.
  • Le 26 novembre, 17 otages détenus à Gaza et 39 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont été libérés. Parmi les otages libérés figuraient 13 Israéliens – quatre femmes et neuf enfants – et quatre ressortissants étrangers. Parmi les détenus palestiniens se trouvaient 39 garçons. Depuis le début de la pause, 39 Israéliens, 117 Palestiniens et 19 ressortissants étrangers ont été libérés.
  • Entre les 25 et 26 novembre, les forces israéliennes en Cisjordanie ont tué sept Palestiniens, dont quatre enfants, portant à 230 le nombre de morts palestiniens depuis le 7 octobre ; 222 par les forces israéliennes et huit par les colons.

Hostilités et victimes (Bande de Gaza)

  • Depuis que la pause humanitaire est entrée en vigueur le 24 novembre à 7 heures, les frappes aériennes, les bombardements et les affrontements au sol auraient cessé.
  • Lors d’un incident impliquant des tirs de chars israéliens à l’est du camp de réfugiés d’Al -Maghazi, dans la zone du Milieu, un Palestinien aurait été tué et un autre blessé ; les circonstances restent floues.
  • Selon le bureau des médias du gouvernement, le 23 novembre à 18 heures, plus de 14 800 personnes avaient été tuées à Gaza, dont environ 6 000 enfants et 4 000 femmes. Ce bureau, qui dépend de facto des autorités de Gaza, signale des victimes depuis que le ministère de la Santé de Gaza a cessé de le faire le 11 novembre, suite à l’effondrement des services et des communications dans les hôpitaux du nord.
  • Le 25 novembre à 18 heures, 75 soldats israéliens ont été tués à Gaza depuis le début des opérations terrestres israéliennes, selon des sources officielles israéliennes.

Déplacement (Bande de Gaza)

  • Dès l’entrée en vigueur de la pause, les forces israéliennes ont annoncé que la circulation des personnes du sud vers le nord était interdite.
  • Le 26 novembre, l’armée israélienne a continué d’appeler et d’exercer des pressions sur les habitants du nord pour qu’ils quittent le territoire vers le sud en empruntant un « couloir » le long de la principale artère de circulation, la route Salah Ad Deen, entre 9 heures et 16 heures. La surveillance d’OCHA au cours de la journée a estimé que moins de 400 personnes ont traversé la frontière vers le sud.
  • L’équipe de surveillance d’OCHA a observé de nombreuses personnes blessées traversant le « couloir » le 26 novembre. Un homme interrogé par OCHA au point de passage a révélé qu’ils avaient dû quitter l’hôpital de Kamal Odwan, dans le nord, après avoir été touché la nuit précédant la pause.
  • Les forces israéliennes avaient arrêté certaines personnes circulant dans le « couloir ». Les personnes déplacées interrogées par OCHA ont rapporté que les forces israéliennes avaient établi un point de contrôle sans personnel où les gens sont invités à distance à traverser deux structures, où un système de surveillance serait installé. Les personnes déplacées doivent montrer leur pièce d’identité et se soumettre à un examen de reconnaissance faciale.
  • Des mouvements d’enfants non accompagnés et de familles séparées ont également été observés dans le « couloir ». Les acteurs humanitaires assistent ces enfants, notamment en enregistrant les cas. Cependant, des mesures urgentes sont nécessaires pour accroître la présence des équipes de protection de l’enfance dans les refuges ; améliorer l’efficacité de l’enregistrement et répondre aux besoins spécifiques de ces enfants.
  • Le nombre de personnes déplacées continue d’augmenter. On estime que plus de 1,7 million de personnes à Gaza, soit près de 80 pour cent de la population, sont déplacées à l’intérieur du pays. Parmi eux, près de 927 000 personnes déplacées ont trouvé refuge dans 99 centres situés dans le sud.
  • En raison de la surpopulation et des mauvaises conditions sanitaires dans les abris de l’UNRWA, on a constaté une augmentation significative de certaines maladies et affections transmissibles telles que la diarrhée, les infections respiratoires aiguës, les infections cutanées et les problèmes d’hygiène comme les poux.

Accès humanitaire (Bande de Gaza)

  • Le nombre total de camions entrés à Gaza le 26 novembre n’est pas clair au moment de la rédaction du présent rapport, car bon nombre d’entre eux ont continué à être traités pendant la soirée. Le 25 novembre, 200 camions ont été expédiés de Nitzana.
  • Le passage de Rafah avec l’Égypte a également été ouvert le 26 novembre pour la sortie des blessés et des malades, ainsi que pour les doubles ressortissants et les étrangers, ainsi que pour l’entrée des résidents de Gaza bloqués en Égypte.
  • Le passage de Kerem Shalom avec Israël, qui était avant les hostilités le principal point d’entrée des marchandises, est resté fermé.

Électricité

  • Depuis le 11 octobre, la bande de Gaza est plongée dans une panne d’électricité, après que les autorités israéliennes ont coupé l’approvisionnement en électricité et que les réserves de carburant pour l’unique centrale électrique de Gaza se sont épuisées.

Soins de santé, y compris les attaques (Bande de Gaza)

  • Le 26 novembre, un convoi conjoint des Nations Unies a collecté 7 600 doses de vaccins contre diverses maladies dans l’entrepôt du ministère de la Santé dans la ville de Gaza et les a transportées vers le sud de Gaza. La nécessité de ce transfert est née du manque de capacité de réfrigération dans le nord. Après des inspections approfondies pour garantir leur validité, les vaccins seront utilisés pour renforcer la vaccination de routine, qui a été entravée par le manque de fournitures et les hostilités en cours. Au 25 novembre, 1 205 enfants avaient été vaccinés dans sept centres de santé selon le programme national de vaccination, portant le nombre total à 11 622 depuis le 4 novembre.
  • L’hôpital Kamal Odwan de Jabalia, l’un des quatre petits hôpitaux encore opérationnels dans le nord, fait face à une pression immense. Les fournitures et le personnel médical sont particulièrement urgents dans les domaines de l’obstétrique, de la pédiatrie, de la néonatalogie, de la chirurgie et de l’orthopédie. Quatre-vingts patients nécessitent pour leur survie un transfert immédiat vers un établissement mieux équipé dans le sud. Le 22 novembre, les environs de l’hôpital ont été lourdement bombardés, ce qui aurait fait des dizaines de morts et de blessés ; nombre de ces derniers attendent toujours d’être soignés.
  • Sur les 11 structures médicales du sud, huit sont actuellement fonctionnelles. La capacité en lits à Gaza est passée de 3 500 avant la guerre à 1 400 au 20 novembre, dans un contexte d’augmentation du nombre de personnes cherchant à se faire soigner. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), seul un des hôpitaux actuellement fonctionnels du sud a la capacité de traiter les cas de traumatismes critiques ou d’effectuer des interventions chirurgicales complexes.
  • Au 25 novembre, neuf centres de santé de l’UNRWA (sur 22) étaient toujours opérationnels dans le sud, enregistrant 10 802 visites de patients.

Eau et assainissement (Bande de Gaza)

  • Depuis le début de la pause humanitaire, l’UNRWA a collecté et éliminé des centaines de tonnes de déchets solides qui s’étaient accumulés à l’intérieur et à l’extérieur de ses abris dans le sud, bénéficiant à environ un million de personnes.
  • Le 26 novembre, des techniciens ont visité les installations d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) dans le nord, réalisant une première évaluation des dégâts subis et des réparations nécessaires pour les réactiver.
  • L’UNRWA a continué de livrer du carburant à la principale compagnie d’eau de Gaza, qui à son tour l’a distribué aux installations d’eau et d’assainissement du sud : deux usines de dessalement d’eau de mer, 79 puits d’eau, 15 stations de pompage d’eau, 18 stations de pompage d’eaux usées et une usine de traitement des eaux usées. L’approvisionnement en eau potable dans le sud via deux canalisations en provenance d’Israël s’est poursuivi.
  • Le 26 novembre, la première livraison d’eau en bouteille a atteint les abris de personnes déplacées dans le nord depuis le début de l’opération terrestre israélienne. Les partenaires n’étaient auparavant pas en mesure d’atteindre les zones du nord en raison des opérations terrestres intenses et du manque de carburant pour la distribution des voies. Cependant, les inquiétudes concernant la déshydratation et les maladies d’origine hydrique persistent en raison de la consommation d’eau provenant de sources insalubres, car l’usine de dessalement de l’eau et le pipeline israélien fournissant de l’eau au nord ne fonctionnent pas.

La sécurité alimentaire

  • Les aliments prêts à consommer distribués le 26 novembre dans les abris de l’UNRWA à Jabalia, dans le nord, comprenaient environ 7,6 tonnes de biscuits à haute teneur énergétique fournis par le Programme alimentaire mondial (PAM). Cela couvre la ration alimentaire quotidienne minimale de 23 616 personnes pendant une journée.
  • Depuis le 24 novembre, le PAM a fourni une aide alimentaire essentielle à 110 000 personnes dans les abris de l’UNRWA et dans les communautés d’accueil grâce à la distribution de pain, de colis alimentaires et de bons électroniques. Depuis le 25 novembre, une boulangerie du PAM a repris ses activités de manière ponctuelle, permettant ainsi de fournir du pain à environ 90 000 personnes dans les abris des Nations Unies dans le sud.
  • Les prix des denrées alimentaires sur le marché ont connu une hausse sans précédent. Selon le Bureau central palestinien des statistiques, pendant…
Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page