Skip to content
« Honte », « incompétence », « faillite » : L’organisation de la finale de la Ligue des champions critiquée

« Incompétence », « racaille », « honte absolue », « faillite », « flop de l’organisation »… Au lendemain de l’organisation par Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 28 mai, des Champions Finale de championnat entre le Real Madrid et Liverpool (1-0), l’événement restera dans les mémoires et pas seulement pour ce qui s’est passé sur le terrain.

Alors que la soirée s’annonçait sous les meilleurs auspices, elle a finalement donné lieu à des scènes de chaos autour du Stade de France, le coup d’envoi ayant même été retardé de plus de 30 minutes en raison d’individus qui ont tenté de s’introduire de force dans l’enceinte. , mais aussi dans la capitale où la police a utilisé des gaz lacrymogènes et procédé à 68 arrestations.

De nombreux politiciens et observateurs du football ont vivement critiqué l’organisation de l’événement.

« La France est donc incapable d’organiser une finale de Ligue des champions et de filtrer rationnellement les supporters. Un summum d’incompétence, une faillite absolue », a expliqué le journaliste Vincent Duluc sur Twitter.

Son collègue Daniel Riolo lui a parlé, sur le même réseau social, d’une « honte absolue ». « Je crois que le supp[orters] de Liverpool ou du Real n’ont rien à voir là-dedans… Je n’arrive pas à croire cette honte absolue… les agressions en dehors du supp[orters] des deux clubs… », a-t-il soutenu.

De son côté, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait indiqué au moment du match, toujours sur Twitter, que « des milliers de « supporters » britanniques, sans billets ou avec de faux billets [avaient] entrée par effraction et parfois agressé les stewards ».

Une version des faits remise en cause par l’ancien candidat à la présidentielle Eric Zemmour. « Auront été accusés de ‘supporters de Liverpool’, puis de ‘fans sans billet’ avant que la vérité n’éclate soudain : des racailles ont sauté par-dessus les barrières et agressé aux abords du Stade de France », a-t-il dénoncé sur le même réseau social, reprenant le Message de Gérald Darmanin.

Le président du mouvement Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a estimé que de tels excès étaient une « honte pour la France ». » Un journaliste espagnol : « J’ai assisté à beaucoup de finales de Ligue des champions. Ce qui se passe au Stade de France, je n’avais jamais vu ça. Il y a des groupes de Français autour du stade qui attaquent et volent des supporters », a-t-il ajouté sur Twitter.

Initialement prévue à Saint-Pétersbourg, la finale de la Ligue des champions a finalement été délocalisée après l’offensive militaire russe en Ukraine. Selon nos confrères de L’équipeEmmanuel Macron avait lui-même été « très actif, avec l’UEFA, pour obtenir la finale de la Ligue des champions ».

L’instance européenne du football a même remercié le chef de l’Etat français dans sa communication officielle, comme l’a rapporté RMC le 25 février : « L’UEFA tient à exprimer ses remerciements et sa gratitude au président de la République française Emmanuel Macron pour son soutien personnel et son engagement à relocaliser le jeu. »

Un épisode sur lequel est revenu le journaliste Romain Molina. « Pour rappel, Emmanuel Macron était très fier d’avoir obtenu l’organisation de la finale de la Ligue des champions pour le « rayonnement » de la France », a-t-il rappelé sur Twitter après les premiers débordements en marge de la finale.

Car force est de constater qu’en termes de « rayonnement », le tir semble raté. Interrogé par BFMTV le 29 mai, l’ancien député LR des Yvelines, Henri Guaino, a regretté que « l’image du pays ne sorte pas[e] pas grandi ». « C’est l’image de l’Occident dans son ensemble qui est impactée […]Cette violence est le symptôme d’un profond malaise dans nos sociétés, […] et nous ne pouvons plus contenir cette violence », a-t-il ajouté.

La presse étrangère a également largement critiqué l’organisation de l’événement. « Stade de Farce », titrait par exemple le tabloïd anglais Le soleiltandis qu’Alfred Relano, résident d’honneur du quotidien sportif espagnol as il a dénoncé « des hordes de barbares sans billets d’entrée » qui « ont créé un scandale sans nom aux portes du stade, qui aurait bien pu provoquer une catastrophe ». Enfin, le quotidien italienCorriere dello Sport a insisté sur le « flop de l’organisation », ajoutant : « Une mauvaise soirée au terme d’une triste saison pour la France, où les problèmes de sécurité et d’ordre public se sont multipliés dans les stades ».



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.