Skip to content
Histoire oubliée : la vie et l’époque d’Edsel, une alternative Ford par Ford (partie VII)


Jusqu’à présent, dans notre couverture de l’histoire abandonnée d’Edsel, nous avons parcouru quatre des sept modèles de la société, en particulier ceux proposés lors de son année d’introduction de 1958. Pacer et Citation étaient des berlines qui ont reçu la hache immédiate, tandis que Roundup et Bermuda étaient des annulations de voitures. .

Compte tenu des faibles ventes de l’entreprise, Ford savait qu’il fallait rationaliser les offres et réduire les dépenses chez Edsel. Les trois modèles qui ont dépassé la première année de l’entreprise étaient l’Ace of Base Ranger, le Corsair de niveau intermédiaire supérieur et le wagon Villager de milieu de gamme. En éliminant les modèles les moins chers et les plus chers de la gamme de l’entreprise, Ford espérait également mieux différencier Edsel des voitures Ford et Mercury sur lesquelles ils étaient basés.

Ce fut une bataille difficile pour Edsel, et bien sûr, nous savons tous comment cela s’est terminé. Mais pour l’instant, nous regardons la voiture la moins chère qu’Edsel ait jamais proposée (même si elle était encore assez chère). Dites bonjour à la toute première utilisation par Ford de la plaque signalétique Ranger.

Ranger était le modèle d’entrée de gamme de la gamme d’Edsel, même s’il était à peu près de la même taille que tout ce que l’entreprise proposait. Une voiture pleine grandeur, Ranger était basée sur la même plate-forme que la Fairlane avec laquelle elle était en concurrence et ressemblait à une offre d’un an étrange de Mercury appelée la médaillée. Tout cela faisait partie d’un remaniement général dans le bas de gamme des deux (puis trois) principales marques de Ford vers 1958.

Pour la part de Ford, leurs voitures pleine grandeur les moins chères étaient les Custom et Custom 300. 1957 était la première fois que Ford ajoutait des chiffres après ses noms de modèles pour désigner les modèles les plus haut de gamme. Au-dessus de la Custom se trouvaient les Fairlane et Fairlane 500 haut de gamme. Les deux modèles étaient nouveaux pour 1957, car la Fairlane de base a pris le relais de l’ancienne Customline, et la Fairlane 500 était le successeur de la Fairlane précédente.

Fairlane était disponible avec deux portes en tant que toit rigide, berline et cabriolet, ainsi que le Fairlane Skyliner avec un toit rétractable avec l’aimable autorisation de Continental. Il y avait aussi un camion Fairlane à deux portes (coupé utilitaire) et un toit rigide à quatre portes, une berline et un break. Une ligne très complète.

Mercury a proposé son Monterey de deuxième génération comme offre de base en 1957, ainsi que le Montclair de milieu de gamme. Mais en 1958, il y avait une nouvelle option moindre, le médaillé. Le médaillé de 1958 était une renaissance d’un modèle Mercury précédemment proposé pendant un an en 1956.

Initialement seulement une berline à deux portes, la gamme Medalist de 1958 s’est étendue pour inclure un toit rigide à deux portes, ainsi qu’une berline à quatre portes et un toit rigide. Le Medalist était moins cher que n’importe quel autre Mercury mais plus cher que le Fairlane 500 établi et mieux considéré. Curieusement, son empattement était un pouce plus long que son homologue Ford, à 119 pouces. Comme beaucoup d’Edsel, la Medalist n’existe que depuis 1958. L’histoire a largement oublié cette voiture et les photos sont rares.

Le Ranger partageait son empattement de 118 pouces avec le Fairlane, mais était disponible dans moins de styles de carrosserie : le Ranger était limité aux berlines et aux toits rigides, avec deux et quatre portes. La longueur totale du Ranger était de 213,2 pouces, avec une largeur de 78,8 pouces en 1958. Le poids était faible et entre 3 700 et 4 000 livres selon l’équipement. Compte tenu de ses porte-à-faux plus longs, le Ranger avait une certaine longueur sur son frère Fairlane, qui mesurait 207 pouces. Mais l’Edsel avait exactement la même longueur que le Mercury Medalist.

Contrairement aux autres produits Edsel qui imposaient un seul moteur au consommateur, il y avait des options pour le Ranger. La puissance de base provenait d’un six cylindres en ligne Mileage Maker de 223 pouces cubes (3,7 L). Vient ensuite le 292 Ford Y-block V8 (4,8 L), tandis que le plus gros moteur proposé est le 361 (5,9 L) FE V8.

Le plus gros V8 MEL de 410 (6,7 L) utilisé dans les Edsels plus chers comme le Corsair et le Citation a été interdit. Une transmission manuelle était de série sur le Ranger, bien que le Cruise-O-Matic à trois vitesses soit en option. Il était décalé sur la colonne en standard, ou via les malheureux boutons Teletouch si un acheteur payait suffisant un peu plus : 231 $ (2 392 $ adj).

Et le « supplément payé » était quelque chose auquel l’acheteur du Ranger devait s’habituer, car la plupart des fonctionnalités étaient les options d’entrée de gamme d’Edsel. Des accoudoirs, un miroir, des cintres et un allume-cigare étaient de série. Les pieds reposaient sur des carrés de caoutchouc noir en guise de tapis de sol.

Contrairement aux autres Edsels, le schéma de peinture bicolore du Ranger était un supplément facultatif. Le chauffage était également un supplément optionnel pour 92 $ (adj. 952 $), et les gros dépensiers pouvaient avoir la climatisation pour 417 $ (adj. 4 318 $). Autres options incluses ceinture de sécuritévoyants d’avertissement du tableau de bord, serrures de sécurité pour enfants à l’arrière et déverrouillage à distance du coffre.

Vous êtes habitué au traitement Edsel sur les Ford de 1958 maintenant. La calandre en maille à deux niveaux du Fairlane a été remplacée par un grand collier de cheval central sur le Ranger. Il était flanqué de deux grilles horizontales qui s’enroulaient autour des angles avant, décorées de lamelles chromées horizontales. Ford a réutilisé les phares quadruples du Fairlane mais les a placés dans des cosses en forme d’œuf qui sortaient de l’aile.

Le traitement du pare-chocs divisé a été appliqué comme les autres Edsels, mais le Ranger se différenciait des autres modèles afin de montrer son statut de base : il n’avait presque pas de garniture en acier inoxydable sur sa partie avant. La seule décoration sur le côté du Ranger avant le montant C était son nom de modèle en script. Ranger utilisait beaucoup moins de détails de garniture latérale que le Fairlane sur lequel il était basé, ce qui était à l’opposé des autres modèles Edsel.

Vers l’arrière, les concepteurs ont appliqué des détails festonnés Edsel standard à la porte arrière et à l’aile. Ledit garde-boue a été modifié à partir de sa forme Fairlane, avec un aileron horizontal aplati au lieu d’un aileron vertical. Le spoiler a conduit à un couvercle de coffre remodelé qui contenait un ensemble de feux arrière en forme de lance, au lieu des grands ovales quadruples du Fairlane. Heureusement, le Ranger n’a pas opté pour les lampes boomerang déroutantes des modèles de wagons de l’entreprise.

Le pare-chocs du Ranger avait en grande partie la même forme que celui du Fairlane, mais avait une section plus mince au milieu qui reflétait la mince ligne de coffre. Dans l’ensemble, le manque de détails extérieurs et de couleurs vives du Ranger le rendait un peu moins choquant que les autres modèles Edsel. Surtout par rapport au traitement maladroit du hayon sur les wagons.

À l’intérieur, le Ranger a reçu la même disposition de tableau de bord que les autres Edsels, mais avec la majorité des fonctionnalités supprimées. Les cadrans, identiques à ceux des autres modèles Edsel, ont été épargnés par la réduction des coûts. Ranger est même resté sur la marque avec son compteur de vitesse rotatif de style tambour. Cependant, le long du tableau de bord axé sur le conducteur, il y avait beaucoup d’espace vide et des lumières tamisées pour rappeler à un client qu’il avait acheté l’Edsel la moins chère. Bien sûr, ils s’en souviendraient tout seuls s’ils n’avaient pas de chauffage en hiver.

Peut-être en partie à cause de son prix inférieur et de son style moins percutant, le Ranger était le modèle le plus réussi d’Edsel en 1958. Dans notre prochain article, nous couvrirons les prix et les ventes du Ranger, ainsi que les changements d’urgence que Ford a apportés pour 1959. Pour sa deuxième année, Ranger se retrouverait à assumer la moitié des responsabilités du Pacer abandonné.

[Images: Seller, Seller, Ford]

Devenez un initié TTAC. Recevez les dernières nouvelles, fonctionnalités, points de vente TTAC et tout ce qui vient à La vérité sur les voitures en premier dans Abonnez-vous à notre newsletter.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.