Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Guerre Israël-Hamas | L’offensive israélienne se déplace vers le sud surpeuplé de Gaza, augmentant le nombre de morts malgré les ordres d’évacuation

Israël a pilonné des cibles dans la moitié sud surpeuplée de la bande de Gaza le 2 décembre et a ordonné l’évacuation d’autres quartiers désignés pour l’attaque, augmentant ainsi le nombre de morts alors même que les États-Unis et d’autres l’ont exhorté à faire davantage pour protéger les civils de Gaza.

Au moins 200 Palestiniens ont été tués depuis la reprise des combats vendredi matin après une trêve d’une semaine avec le groupe militant Hamas au pouvoir sur le territoire, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Guerre Israël-Hamas, mises à jour du 2 décembre 2023

Par ailleurs, le ministère a annoncé que le nombre total de morts à Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre, a dépassé 15 200, une forte hausse par rapport au précédent décompte de plus de 13 300. Le ministère avait cessé de publier des mises à jour quotidiennes du bilan global le 11 novembre, à la suite de perturbations de la connectivité et des opérations hospitalières liées à la guerre.

Le ministère ne fait pas de différence entre civils et combattants, mais a indiqué samedi que 70 % des morts étaient des femmes et des enfants. Plus de 40 000 personnes ont été blessées au cours des deux derniers mois.

Avec l’échec de la trêve temporaire, Israël a été exhorté par les États-Unis, son plus proche allié, à faire davantage pour protéger les civils palestiniens.

Cet appel intervient après qu’une offensive aérienne et terrestre intense au cours des premières semaines de la guerre a dévasté de vastes zones du nord de Gaza, tuant des milliers de Palestiniens et en déplaçant des centaines de milliers. Quelque deux millions de Palestiniens, soit la quasi-totalité de la population de Gaza, sont désormais entassés dans la moitié sud du territoire.

Il n’était pas clair si l’armée israélienne tiendrait compte des appels lancés vendredi par le secrétaire d’État américain Antony Blinken pour davantage de frappes chirurgicales alors qu’elle se concentre sur le sud de Gaza. Le président français Emmanuel Macron a déclaré samedi aux journalistes lors de la conférence sur le climat COP28 à Dubaï que, même s’il reconnaît le droit d’Israël à se défendre, « il n’a pas le droit d’attaquer des civils ».

Israël frappe des centaines de cibles à Gaza

L’armée israélienne a déclaré samedi avoir frappé plus de 400 cibles du Hamas à travers Gaza au cours de la dernière journée, en utilisant des frappes aériennes et des bombardements depuis des chars et des navires de combat de la marine. Cela comprenait plus de 50 frappes dans la ville de Khan Younis et ses environs dans la moitié sud de Gaza.

Plusieurs maisons et immeubles ont été touchés. Au moins neuf personnes, dont trois enfants, ont été tuées lors d’une frappe contre une maison de la ville de Deir al-Balah, dans le sud du pays, selon l’hôpital où les corps ont été transportés. L’hôpital a également reçu sept corps d’autres personnes tuées lors de frappes aériennes nocturnes, dont deux enfants.

Pendant ce temps, des groupes militants palestiniens à Gaza ont déclaré avoir tiré un barrage de roquettes sur le sud d’Israël. Des sirènes ont été entendues dans les communautés proches de la bande de Gaza, mais aucun dégât ou blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Parallèlement à la reprise des combats, l’armée a publié une carte en ligne découpant la bande de Gaza en centaines de parcelles numérotées et a demandé aux habitants de se familiariser avec le numéro de parcelle de leur emplacement avant les avertissements d’évacuation.

Expliqué | Quelle est la position de l’Inde sur la guerre entre Israël et le Hamas ?

Samedi, l’armée a utilisé la carte pour la première fois, répertoriant plus de deux douzaines de numéros de parcelles dans les zones autour de la ville de Gaza, au nord et à l’est de Khan Younis. Par ailleurs, l’armée a également largué des tracts contenant des ordres d’évacuation sur les villes à l’est de Khan Younis.

Les cartes et les tracts ont généré panique, peur et confusion, en particulier dans le sud très peuplé. Incapables de retourner dans le nord de Gaza ou en Égypte voisine, leur seule issue est de se déplacer dans la zone de 220 kilomètres carrés (85 milles carrés).

« Il n’y a nulle part où aller », a déclaré Emad Hajar, qui a fui il y a un mois sa femme et ses trois enfants de la ville de Beit Lahia, dans le nord du pays, pour chercher refuge à Khan Younis. « Ils nous ont expulsés du nord et maintenant ils nous poussent à quitter le sud. »

Amal Radwan, qui a trouvé refuge dans le camp de réfugiés urbain de Jabaliya, dans le nord de Gaza, a déclaré qu’elle n’était pas au courant d’une telle carte, ajoutant qu’elle et beaucoup d’autres personnes présentes dans le refuge ne pouvaient pas partir à cause des bombardements incessants. « Nous ne partirons pas », a-t-elle déclaré. « Ici, c’est la mort et là, c’est la mort. »

Amjad Abu Taha, un enseignant palestinien de la ville de Gaza, a affirmé qu’Israël tentait de tromper le monde en suggérant aux habitants de Gaza la possibilité de rechercher la sécurité. « Mais tout le monde sait qu’aucun endroit n’est sûr à Gaza », a-t-il déclaré.

Israël affirme cibler les membres du Hamas et impute les pertes civiles aux militants, les accusant d’opérer dans des quartiers résidentiels. Israël affirme que 77 de ses soldats ont été tués lors de l’offensive terrestre dans le nord de Gaza. Il affirme avoir tué des milliers de militants, sans fournir de preuves.

La reprise des hostilités a également accru les inquiétudes concernant les 136 otages qui, selon l’armée israélienne, sont toujours détenus par le Hamas et d’autres militants après que 105 d’entre eux ont été libérés pendant la trêve.

Pour les familles des otages restants, l’effondrement de la trêve a porté un coup dur à l’espoir que leurs proches pourraient être les prochains à sortir après des jours passés à voir d’autres libérés. Une femme de 70 ans détenue par le Hamas a été déclarée morte samedi, selon son kibboutz, portant à huit le nombre total d’otages morts connus.

Pendant la trêve, Israël a libéré 240 Palestiniens de ses prisons. La plupart des personnes libérées des deux côtés étaient des femmes et des enfants.

La guerre a commencé après l’attaque du 7 octobre perpétrée par le Hamas et d’autres militants, qui a tué environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, dans le sud d’Israël et fait environ 240 prisonniers.

La vice-présidente américaine Kamala Harris, qui était à Dubaï samedi pour la conférence sur le climat COP28, devait présenter des propositions aux dirigeants régionaux pour « mettre les voix palestiniennes au centre » de la planification des prochaines étapes pour la bande de Gaza après le conflit, selon la maison Blanche. L’administration du président Joe Biden a souligné la nécessité d’une éventuelle solution à deux États, avec la coexistence d’Israël et d’un État palestinien.

En marge de la conférence, elle a rencontré le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi. Son bureau a déclaré que Harris avait réitéré que les États-Unis ne permettraient pas la réinstallation forcée des Palestiniens de Gaza ou de Cisjordanie, un siège continu du territoire ou le redessinage de ses frontières.

Blinken avait déjà parlé publiquement de ces paramètres.

Il s’agit d’un article Premium disponible exclusivement pour nos abonnés. Pour lire plus de 250 articles premium de ce type chaque mois

Vous avez épuisé votre limite d’articles gratuits. Veuillez soutenir un journalisme de qualité.

Vous avez épuisé votre limite d’articles gratuits. Veuillez soutenir un journalisme de qualité.

Ceci est votre dernier article gratuit.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page