Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Guerre en Ukraine: Berlin se dirige enfin vers un accord pour livrer des chars Leopard


l’essentiel
L’Allemagne s’apprête à donner son feu vert à l’envoi de chars Leopard en Ukraine. Le pays souhaite répondre avec « l’urgence requise ».

Sous pression depuis des jours, l’Allemagne a ouvert mardi la voie à une autorisation pour les pays alliés de livrer des chars lourds Leopard réclamée par l’Ukraine, promettant de répondre « avec l’urgence requise » à une demande en ce sens. sens de la Pologne.

A lire aussi :
Guerre en Ukraine : chars, canons, avions… la course aux armements des alliés pour soutenir Kyiv lors d’une réunion cruciale à Ramstein

Mardi soir, deux médias allemands, Spiegel et la chaîne d’information NTV, ont même assuré que le chancelier Olaf Scholz allait donner son feu vert, probablement mercredi. Le dirigeant allemand, qui doit s’exprimer mercredi à 12h00 devant la chambre basse du parlement allemand, donnerait également son accord aux pays, dont la Pologne, qui souhaitent livrer des chars Leopard 2 à Kyiv, selon ces derniers. médias. Pendant ce temps, le gouvernement ukrainien est aux prises avec le plus grand scandale de corruption depuis le début de l’invasion russe il y a près d’un an. Quatre vice-ministres, dont celui de la Défense Viatcheslav Chapovalov, ainsi que cinq gouverneurs et autres responsables ont dû quitter leurs fonctions dans la foulée de cette affaire, ont annoncé les autorités ukrainiennes.

Une « coalition »

A Berlin, le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a déclaré qu’il « a expressément encouragé les pays partenaires qui ont des chars Leopard prêts à être déployés à entraîner les forces ukrainiennes sur ces chars » lors d’une conférence de presse à Berlin avec Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN.

A lire aussi :
Guerre en Ukraine : pourquoi la France et l’Allemagne tergiversent sur l’envoi de leurs chars lourds

Ces déclarations constituent un pas en avant dans la position de l’Allemagne, où le gouvernement d’Olaf Scholz subit une pression croissante pour donner le feu vert aux pays partenaires qui le souhaitent afin qu’ils puissent livrer des chars à l’Ukraine. Léopard d’assaut, fabriqué en Allemagne. Jusqu’à présent, la Finlande et la Pologne se sont déclarées prêtes à le faire. Varsovie, qui veut créer une « coalition de pays soutenant l’Ukraine avec des chars Leopard 2 », a officiellement envoyé une demande en ce sens, dont la réception a été confirmée mardi par Berlin. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré qu’il espérait une réponse rapide, « parce que les Allemands tardent, tergiversent, agissent d’une manière difficile à comprendre ».

Un « message clair »

Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a salué le « message clair » du nouveau ministre allemand de la Défense, en poste depuis moins d’une semaine. « De telles livraisons n’apporteront rien de bon » aux relations russo-allemandes, a en revanche réagi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

A lire aussi :
Guerre en Ukraine : Kiev veut plus de chars lourds et demande à l’Occident « d’arrêter de trembler devant Poutine »

Selon les observateurs, ces chars risquent d’avoir un impact significatif pour les Ukrainiens face au rouleau compresseur des troupes russes qui regagnent du terrain sur le front oriental de l’Ukraine. Lundi, la Pologne avait prévenu qu’elle était prête à se passer de l’autorisation de Berlin. Ce pays, qui se dit prêt à envoyer 14 Leopard 2 à Kyiv, en discute avec une quinzaine d’Etats, de nombreuses armées européennes possédant de tels véhicules blindés. La crainte d’une escalade militaire avec Moscou et sa réticence à faire assumer à l’Allemagne le leadership du camp occidental expliquent les hésitations de la chancelière, selon les analystes.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page