Skip to content
Graves incidents au stade Saint-Étienne, relégué en Ligue 2

L’AS Saint-Étienne s’est inclinée dimanche face à l’AJ Auxerre, officialisant ainsi sa descente en Ligue 2. Une défaite sportive douloureuse avant des scènes de chaos dans le Chaudron, renvoyant une image morose du football français.

Tristes images du football : envahissement du terrain avec tirs de fumigènes et échauffourées devant son stade Geoffroy-Guichard et tirs au but mortels. Saint-Étienne, battu 1 à 1 (5-4 tabs) par Auxerre dimanche, a fait ses adieux à la Ligue 1 dans le plus grand chaos.

Dès le dernier tir au but réussi de l’Auxerrois Birama Touré, synonyme de victoire pour les Bourguignons revenus en Ligue 1 après dix ans d’absence, le terrain a été envahi par des milliers de supporters en colère.

Une réunion est prévue ce matin à partir de 11h00 au ministère des Sports à propos des débordements au Stade de France (réunissant l’UEFA, les responsables du football et la police française).

Course aux vestiaires

Certains ont envoyé des engins pyrotechniques vers la plate-forme officielle protégée par la police.

Les joueurs stéphanois, entourés des stewards, se sont immédiatement précipités, comme les autres joueurs de la rencontre, vers les vestiaires.

« Après le match, j’ai paniqué parce que j’ai pris des bombes lacrymogènes, comme mes joueurs », a commenté l’entraîneur d’Auxerre Jean-Marc Furlan. « Nous nous sommes comptés pour savoir s’il y avait des disparus. Ces incidents sont très tristes. »

Selon la préfecture de la Loire, deux joueurs d’Auxerre ont été légèrement blessés dans les échauffourées et le stade Geoffroy-Guichard risque à nouveau de lourdes sanctions alors même qu’il est en liberté surveillée car récidiviste de ce genre d’incidents.

Application de la loi sur le terrain

Dimanche, la tribune Snella a été fermée suite à l’utilisation d’engins pyrotechniques lors de la réception de Monaco, le 23 avril, une sanction qui n’a pas ralenti les incidents en fin de match.

Les forces de sécurité sont également entrées sur le terrain et ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, tandis que des mouvements de panique secouaient les tribunes.

Et les affrontements se sont poursuivis à l’extérieur du stade, nécessitant l’usage de gaz lacrymogène et d’un lanceur d’eau, a indiqué la préfecture, précisant que les troubles avaient cessé à 23h15.

Le bilan s’élève à 14 blessés légers parmi les policiers et 17 parmi les supporters, « dont trois qui ont été conduits à l’hôpital pour contrôle », selon la préfète de la Loire Catherine Séguin qui dénonce « ces actes inacceptables, irresponsables et indignes ». Selon elle, les 1.154 supporters auxerrois puis les joueurs ont pu quitter le stade à partir de minuit sous escorte policière.

« Tristesse »

Le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau a fait part de sa « tristesse » provoquée par la « descente en Ligue 2 de l’ASSE » et a condamné les « actes dangereux avec tir direct de fumigènes visant le public (…), ainsi que des dégâts et actes de vandalisme ».

La relégation sanctionne une saison calamiteuse pour Saint-Étienne, qui avait arraché le droit de jouer les barrages in extremis après un nul à Nantes (1-1) lors de la 38e et dernière journée de championnat.

Sur la saison, l’ASSE n’a totalisé que 32 points, ce qui aurait pu, dans la plupart des cas, l’envoyer directement en Ligue 2.

Le miracle espéré avec l’arrivée de Pascal Dupraz, qui avait déjà contribué aux sauvetages de Toulouse (2016) ou d’Évian-Thonon-Gaillard (2014), n’a pas eu l’effet escompté. Sur les huit derniers matches, Saint-Étienne n’en a remporté aucun avec quatre défaites et quatre nuls, dont le dernier s’est soldé par une catastrophique séance de tirs au but.

Pourtant, les Verts avaient obtenu un match nul intéressant à l’aller (1-1) jeudi dernier au stade de l’Abbé-Deschamps, avec un but à l’extérieur de Zaydou Youssouf qui plaçait l’ASSE en position favorable.

Mais dimanche, Hamza Sakhi a donné à Auxerre un avantage mérité en marquant de la tête après avoir reçu un centre de l’aile droite de Mathias Autret (51e). Mahdi Camara a égalisé de la tête après la première tête sur corner d’Enzo Crivelli (76), bouclant une belle période pour les Stéphanois qui ont été parfaitement épaulés jusqu’à la fin des tirs au but par 32 000 supporters.

« Nouvelles importantes »

Côté auxerrois, le gardien Donovan Léon a été décisif dans la victoire de son équipe, s’interposant avec succès devant Denis Bouanga dès le début de la rencontre (2e, 7e). Par la suite, le gardien d’Icaun est intervenu sur une frappe d’Adil Aouchiche (31e) tandis que Bouanga, malgré une bonne position, a raté le cadre en recevant un centre de Romain Hamouma (46e).

Léon a également été décisif sur des tirs d’Arnaud Nordin (84e, 105e, 120e) ou encore de Bouanga (87e) devant lesquels Carlens Arcus est également intervenu (115e). Et il a magnifiquement détourné le premier tir au but de Ryad Boudebouz, seul échec des tireurs durant la séance.

Jean-Marc Furlan obtient avec Auxerre sa cinquième accession en Ligue 1 après celles acquises avec Troyes (2005, 2012, 2015) et Brest (2019).

Du côté des Verts, dès la relégation achevée, un communiqué des actionnaires annonçait la prochaine vente du club. Roland Romeyer et Bernard Caïazzo promettent « une nouvelle importante concernant l’avenir du club et le nôtre », ajoutant qu' »une page essentielle de notre vie va se tourner ». Dans la plus grande confusion.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.