Skip to content
Grand Prix du Canada : les fans ne pourront pas économiser sur la bière


C’est la fin d’une longue tradition cette année au Grand Prix du Canada à Montréal, où les spectateurs ne seront plus autorisés à entrer sur le site avec leurs propres boissons alcoolisées. Beaucoup de fans de la première heure sont mécontents.

• Lisez aussi : Les terrasses du Village ouvrent enfin jusqu’à 3h du matin certains soirs

« Nous grattons nos sous pour acheter un billet, puis ils nous disent que nous allons devoir payer 9 $ pour une bière », explique James. S’il souhaite taire son nom de famille, c’est pour éviter de perdre la place qu’il occupe dans les tribunes depuis de nombreuses années.

La valeur des billets pour les trois jours de l’événement – essais libres, qualifications et courses – varie de 150 $ en admission générale à 400 $ et plus dans les tribunes.

James a assisté à tous les Grands Prix de Montréal depuis plus de trois décennies.

« Pour les porteurs de Rolex, cela ne change rien, mais pour nous, c’est 100 $ de plus dans un week-end déjà très cher », dit-il.

Ils sont plus d’une trentaine d’amis à se retrouver au circuit Gilles-Villeneuve, chaque année.

« Nous rions, nous discutons, nous partageons des bières du monde entier », explique James.

« Nous ne sommes pas millionnaires », renchérit un autre membre du groupe, le Torontois Rohit Seth.

Après avoir « dépensé beaucoup d’argent en billets », il s’est consolé en pensant que lui et ses amis pourraient au moins « économiser quelques dollars sur notre alcool ».

En place pour toujours

Pas cette année ou une autre, d’ailleurs, car la nouvelle politique est là pour rester, dit la direction de Grand Prix.

« Ils enlèvent les quelques petites attentions qui existaient encore pour les gens qui économisent pour payer ces billets chers. C’est ce qui est arrivé au Grand Prix ? demande Rohit Seth.

La nouvelle politique en matière d’alcool du Grand Prix fait partie des « termes et conditions » de l’événement depuis plus de deux ans.

Son entrée en vigueur était prévue pour 2020, mais la pandémie a entraîné l’annulation de cette édition et de celle de 2021.

Il sera désormais interdit d’apporter des boissons alcoolisées de l’extérieur du site « afin d’assurer la sécurité et la tranquillité de tous nos spectateurs », indique Sandrine Garneau-Le Bel, directrice des communications de l’événement. .

« Il sera toujours possible d’apporter des liquides non alcoolisés ainsi que de la nourriture de l’extérieur du site tant qu’ils ne seront pas dans des contenants en verre », ajoute-t-elle.

Pour Tanuj Mehta, un habitué du Grand Prix de Houston, au Texas, ce sera la fin de l’atmosphère détendue qui faisait le charme de l’événement.

« Vos voisins de l’autre côté de la frontière ne seront plus attirés à venir et pourront tout aussi bien se rendre au Grand Prix des États-Unis, où une politique similaire est en vigueur et il leur en coûtera beaucoup moins cher d’y aller dit-il.

La direction informée

Au Grand Prix du Canada, nous savons que de nombreux fans de la première heure sont mécontents de la nouvelle politique.

Le PDG – Relations Clients, Dominique McCarthy Fauteux – a également répondu à certaines d’entre elles cette semaine.

« Nous sommes conscients que notre événement de trois jours est un engagement de temps et d’argent, c’est pourquoi le prix de la bière est fixé à un prix raisonnable de 9 dollars », écrit-il notamment. e-mail.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.