Skip to content
France : l’inflation continuera de peser sur la croissance au deuxième trimestre

L’inflation va continuer à accélérer dans les mois à venir, et en juin, elle devrait atteindre 5,4% sur douze mois, pesant sur la confiance des ménages et leur pouvoir d’achat, selon la dernière mise à jour économique de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). rendu public le 9 mai. Cela devrait conduire à une croissance « modeste » de 0,25 % de l’économie française au deuxième trimestre, après une hausse nulle au premier.

Dans son document, l’organisme anticipe que le produit intérieur brut (PIB) sera soutenu notamment par un effet de rattrapage dans les activités de services qui ont été pénalisées en début d’année par la variante Omicron, même si les incertitudes internationales (guerre en Ukraine , Covid en Chine, etc.) appellent à la prudence.

La consommation des ménages devrait ainsi « légèrement rebondir » au deuxième trimestre, après un recul de 1,3 % au premier, les perspectives d’emploi restant favorables malgré des difficultés de recrutement, tandis que celles des entreprises sont contrastées selon les secteurs.

Au total, l’acquis de croissance à mi-année (niveau de croissance annuel si l’activité économique stagnait au second semestre) serait de 2,6 % selon l’Insee. Après la croissance nulle enregistrée au premier trimestre, Julien Pouget, chef du département conjoncture à l’Insee cité par l’AFP, écarte donc à ce stade les craintes d’une stagflation, qui se caractérise par une stagnation économique doublée d’une inflation « durablement » élevée.

Mais l’Insee prévient que la vigilance reste de mise sur l’inflation. En effet, les hausses des prix à la production ont déjà commencé à se répercuter sur les prix à la consommation et ce mouvement devrait se poursuivre au cours des prochains mois.

Après avoir atteint 4,8 % sur un an en avril, selon une estimation provisoire de l’INSEE, l’inflation atteindrait 5,4 % en juin, tirée notamment par les prix de l’alimentation, attendus en hausse de 6,3 % en juin, et par les prix de l’énergie, +26 %. en juin après +29,2 % en mars.

L’Insee précise que sans le « bouclier tarifaire » sur le gaz et l’électricité et la « remise carburant » mis en place par le gouvernement, l’inflation dépasserait 7% en mai, sur un an. Mais, malgré ces mesures, la hausse des prix pèse sur le pouvoir d’achat des ménages, qui devrait reculer de 0,5 point au deuxième trimestre après avoir déjà reculé de 1,5 point au premier.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.