Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

Football. Hernandez et Kolo Muani emmènent les Bleus en finale

« Bien plus qu’un jeu ! », selon le quotidien régional Sud-Ouest, cette demi-finale ne peut être qu’historique à bien des égards. Historique car pour la première fois, le Maroc a atteint le dernier carré d’une compétition mondiale. « Le Maroc veut écrire l’histoire, mettre l’Afrique au sommet du monde. On est peut-être fous, mais c’est bien d’être fous », a déclaré l’entraîneur franco-marocain Walid Regragui, à l’issue d’une des dernières conférences de presse. Fou certes… presque fou, mais que l’équipe de France après un match tendu, très tendu a su s’imposer (2-0).

Cette rencontre était historique car la France s’était offerte la possibilité de disputer une nouvelle finale dans moins de quatre ans, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Mais plus que tout, ce match a pris l’importance d’une histoire commune où le colonialisme, loin d’être flatteur pour la France, a joué un grand rôle. « Une rencontre chargée de symboles » titrait mercredi matin le journal « La Provence ». » ! Les Lions de l’Atlas ont joué non seulement pour leur pays, mais surtout pour leur peuple, tout un continent et un monde arabe unis derrière leurs nouveaux héros.

Ils ont environ 14 ans 000 supporters marocains au coup d’envoi à avoir investi le stade Al Bayt, malgré des vols programmés entre Casablanca et Doha qui ont été annulés dans la matinée, alors que des supporters déjà arrivés au Qatar n’ont pas obtenu de billets pour le match. Drapeaux rouges et verts, drapeaux palestiniens flottent dans les tribunes et ne font face qu’à 3 000 supporters français. Les supporters tricolores inquiets avec le forfait de Rabiot et la présence d’Upamecano sur le banc, remplacé par Fofana au milieu et Konaté en défense. Inquiet aussi car ce Maroc, « le rocailleux Balboa » de la Coupe du monde, a des armes et déjà un record depuis le début de la compétition. « Clean sheets » en veux-tu ici, un seul but encaissé (contre son camp) et des têtes d’affiche muselées : Croatie, Espagne, Portugal.

20h00, une Marseillaise presque respectée, mais un hymne marocain chanté avec un cœur puissant pour des joueurs comme des habités. On a compris que le stade s’engage pour la cause des Lions de l’Atlas. C’est en tribune d’entrée que le public marocain entonne « libéré du désir » l’hymne des hommes de Deschamps, mais même si les Bleus laissent le ballon à l’adversaire au départ, à la première occasion, Griezmann, lancé dans l’espace pour la droite de la surface, centre pour Mbappé, dont la reprise est déviée par Dari. Le ballon profite du gauche à Théo Hernandez qui trompe le gardien Bounou d’une demi-volée acrobatique et centre du pied gauche (1-0) à la 5e e minute. Menés, les Marocains sont donc obligés de prendre le jeu à leur compte. Situation inhabituelle, qui dès le 17 e minute, propose Olivier Giroud, parti sur un ballon en profondeur derrière la défense marocaine, de devancer le tacle d’El-Yamiq et d’une frappe puissante du gauche pour trouver le poteau. Malgré ce but et cette grosse occasion, les Lions de l’Atlas ne lâchent rien, affamés sur tous les ballons, ils procèdent à des contres rapides. Côté français, alerté en profondeur, côté gauche, Mbappé dépose Hakimi et place le ballon à droite de Bounou. El-Yamiq sauve devant sa ligne ! Giroud suit dans la surface mais sa frappe enroulée du gauche passe juste à gauche du cadre !

La fin de cette première période est à l’avantage du Maroc. Hakimi obtient un corner exécuté sur le côté droit par Ziyech. Sur une tête de Giroud, le ballon part pour un ciseau acrobatique d’El-Yamiq. Le ballon est dévié par Hugo Lloris, encore une fois décisif. La France, comme depuis le début du tournoi, fait preuve d’une certaine fébrilité, laissant au Maroc la possibilité d’y croire encore. La deuxième période débute sur cette même impression, renforcée par un arbitrage quelque peu surprenant. Kylian Mbappé laissé sur son couloir gauche déborde toute la défense marocaine jusqu’à la ligne d’angle avant d’être fauché violemment sans que l’arbitre ne siffle. Dès lors, face à cette indulgence, la rencontre s’emballe, mais dans le mauvais sens. Nombre de fautes ne sont pas sifflées en faveur des tricolores. L’arbitre mexicain semble totalement à côté de la plaque. Cette équipe de France loin d’être parfaite tient malgré tout. Et comme souvent, ça a fini par tuer le match. là-bas 79 e minute, servi par Thuram dans la surface, Mbappé se lance dans un slalom pour éliminer les Marocains. Le ballon est dévié par Ezzalzouli et profite à l’ancien Nantais, entré en jeu à la place d’Olivier Giroud, Randal Kolo Muani qui conclut du pied droit des 6 mètres après avoir échappé au marquage d’Attiyat-Allah (2-0). La fin est encore tendue mais les Bleus ne lâchent rien, malgré les dernières tentatives marocaines. La France, quatre ans plus tard, retrouve une finale de Coupe du monde. Cette fois, il faudra défier l’Argentine de Lionel Messi. Mais l’impossible est-il vraiment français ?


Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page