Skip to content
États financiers de Montréal : des surplus liés à la situation pandémique


À la fin du dernier exercice financier, la Ville de Montréal a dégagé des surplus de 293 millions de dollars, une situation principalement due à la situation pandémique. Malgré cet excédent, la dette continue de grimper.

• Lisez aussi : Premier vol nolisé de réfugiés ukrainiens à Montréal le 29 mai

« Le budget 2021 a été finalisé en octobre 2020, en pleine pandémie. Quand on a pensé au budget, on l’a pensé dans le contexte d’une pandémie. Nous avons donc été très serrés dans les prévisions de dépenses, et conservateurs dans les revenus », a expliqué Serge Lamontagne, directeur général de la Ville de Montréal.

Selon la Ville, le surplus s’explique par des revenus additionnels de 146 M$, une diminution des dépenses de fonctionnement de 94 M$ et des affectations de 52 M$ provenant des surplus accumulés par le Conseil municipal et les arrondissements.

Le conseil d’agglomération a affiché un déficit de 66,6 M$.

« Une bonne partie de cette somme, environ 39 millions de dollars, est due à la pandémie. Si on regarde le budget global de l’agglomération, qui dépasse les 3 milliards de dollars, on se retrouve avec un déficit structurel de 27 millions de dollars, ce qui est assez gérable », a expliqué Dominique Ollivier, président du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Au total, la Ville a enregistré des revenus de 6 036,5 millions de dollars au cours du dernier exercice financier. Les dépenses totales se sont élevées à 5 743,4 millions de dollars.

La dette augmente

Des surplus générés à la Ville, 100 millions de dollars seront réservés à la gestion de la dette.

Cela a augmenté de 296 millions de dollars au cours de la dernière année, pour atteindre un total de 6,6 milliards de dollars.

« Nous avons tout de même des immobilisations qui valent près de 13,7 milliards de dollars. Si on fait le ratio, on est à 50% de dettes. Je pense que c’est un ratio raisonnable. Bien sûr, on vise toujours le paiement à 100 %, mais il faut penser que ces immobilisations sont utilisées par les générations futures », a pondéré Raoul Cyr, directeur des services comptables de la Ville.

Variation des revenus et dépenses

Au terme de ce rapport financier, la Ville a enregistré une augmentation de 146 millions de dollars de ses revenus.

De ce montant, 161,3 millions de dollars provenaient principalement de l’imposition de droits de mutation immobilière et de licences et permis. Un montant de 81,3 millions de dollars provenait des transferts gouvernementaux.

Cependant, la ville a enregistré une baisse de 58,9 millions de dollars des revenus de billetterie.

Les charges d’exploitation ont également diminué de 94 millions de dollars.

Et ce, malgré une augmentation de 102,3 millions de dollars des dépenses salariales, dont près de la moitié (52,6 millions de dollars) a servi à payer des heures supplémentaires en « sécurité ».



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.