Skip to content
Éric Zemmour tente de se relancer




La lecture des articles est réservée aux abonnés. Ouvrir une session

Se remis en ordre de bataille mais pour livrer quelle bataille ? Après la double claque à la présidentielle – Éric Zemmour n’a obtenu que 7 % des suffrages – et aux législatives – Reconquête n’a obtenu aucun député – le parti d’extrême droite fait son grand retour ce week-end à Vinon-sur-Verdon, dans le Var .

Au menu de ces trois jours – dont seul le dimanche est ouvert à la presse – des ateliers et débats sur des thèmes tels que « le rôle de l’homme politique », animés par Marion Maréchal, « Halte à la droite politiquement correcte » par Élisabeth Lévy, réalisatrice de parleur« Manuel de lutte contre la diabolisation » du théoricien d’extrême droite Jean-Yves Le Gallou, « Comment parler sans être gêné » d’Olivier Ubéda ou encore « Guerre informationnelle et culturelle contre le numérique » de Samuel Lafont, directeur stratégie numérique et levée de fonds pour Reconquête.

Après deux mois sans être entendu, le chef du parti, Éric Zemmour, a fait sa rentrée médiatique ce lundi, lors d’une interview sur BFMTV. Il interviendra dimanche dans le Var, en présence de la presse donc. Que retenir de son intervention télé ? Que Zemmour ne regrette rien, que sa défaite n’est qu’une question de circonstances – l’invasion de l’Ukraine par la Russie –, que son analyse de la situation en France reste la bonne. Certes, l’ex-candidat a admis qu’il avait envisagé de démissionner, mais cette idée est, semble-t-il, vite dépassée.


mediapart

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.