Nouvelles du Canada

Enjeux et luttes qui retiennent l’attention en Abitibi-Témiscamingue | Élections Québec 2022


Alors que les premières affiches électorales apparaissent lentement, les enjeux de la main-d’œuvre, du logement, du coût de la vie et de la qualité de l’air à Rouyn-Noranda risquent d’occuper une place importante dans ce pays.

« Les questions environnementales me préoccupent beaucoup. On entend beaucoup parler des émissions des fonderies et il est vrai que cela a des répercussions majeures sur la santé. C’est très inquiétant. Je pense que les partis qui mettront l’accent là-dessus auront une longueur d’avance ici », affirme un citoyen rencontré à Rouyn-Noranda.

Après plusieurs semaines d’incertitude, le ministère de l’Environnement du Québec a annoncé le 15 août son intention d’obliger la direction de la Fonderie Horne à respecter une norme de 15 nanogrammes d’arsenic par mètre cube d’air. 5 ans à partir de maintenant.

La pénurie de main-d’œuvre s’inquiète

La question du manque de personnel, notamment dans le domaine de la santé, risque également d’occuper une place importante lors de cette campagne électorale en Abitibi-Témiscamingue.

La fermeture de l’urgence de Témiscaming-Kipawa le soir et la nuit, ainsi que le déplacement de nombreux résidents des CHSLD de la région en raison d’un manque de personnel, sont parmi les choses à signaler durant la saison estivale 2022.

Le manque de personnel soignant risque d’occuper une place dans la campagne en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio Canada

La fermeture de l’urgence de Senneterre 16 heures par jour avait également suscité un certain mécontentement au sein de la population entre octobre 2021 et mars 2022.

« La pénurie de main-d’œuvre nous affecte complètement depuis des années. Nous avons des solutions, comme augmenter les seuils d’immigration, favoriser le retour des personnes âgées. Je pense que c’est vraiment le gros enjeu auquel les partis doivent faire face », a déclaré un autre citoyen rencontré au centre-ville de Rouyn-Noranda.

Jean-Sébastien Blais près de l'Hôpital de Rouyn-Noranda.

Jean-Sébastien Blais, président du Syndicat interprofessionnel de la santé de l’Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Le Syndicat interprofessionnel de la santé de l’Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) a récemment annoncé que l’abolition d’une centaine de postes d’infirmières serait prévue en septembre, faute de personnel pour les combler.

La FIQ estime également qu’un plan d’urgence de 25 millions de dollars pour la région est nécessaire afin de bonifier certaines mesures, telles que les bourses et le maintien des heures supplémentaires à temps double.

« Oui, nous allons avoir 80 infirmières qui arriveront de l’étranger à l’automne et au printemps, mais il faut neuf mois pour les former. Ce n’est pas demain matin qu’ils pourront rejoindre nos équipes. Dans tous les cas, cela ne suffira même pas. Je vous dirais qu’en ce moment, le moral des troupes est très bas », a déclaré le président régional du syndicat sur nos ondes vendredi dernier.

Abitibi Ouest

Un signe de bienvenue à La Sarre.

L’entrée de la ville de La Sarre.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

La députée sortante de la CAQ, Suzanne Blais, affrontera notamment l’ancien député libéral de la circonscription d’Abitibi-Est, Guy Bourgeois.

Samuel Doré a été choisi pour représenter le Parti Québécois. Il a été, entre autres, attaché politique au bureau de l’ancien député péquiste François Gendron.

Le secrétaire général du Centre de services scolaire du Lac-Abitibi, Alexis Lapierre, porte les couleurs de Québec solidaire dans la circonscription.

François Vigneault, gestionnaire au service du IGA de La Sarre, complète le tableau en Abitibi-Est pour le Parti conservateur du Québec.

Abitibi Est

Les stationnements sont aménagés de manière à ce que le véhicule forme un angle de 45 degrés avec le bord du trottoir.

3e Avenue à Val-d’Or.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

L’ancien maire de Senneterre Jean-Maurice Matte, candidat du Parti libéral du Québec, tentera de déloger le député et ministre sortant Pierre Dufour.

Jacline Rouleau, mairesse de la paroisse de Senneterre depuis 2009, tente sa chance en politique provinciale pour le Parti québécois, après avoir été candidate du nouveau Parti démocrate aux élections fédérales de 2019.

Québec Solidaire espère poursuivre ses gains régionaux avec la candidature du neuropsychologue pour enfants Benjamin Gingras.

L’homme de la Première Nation Anishinabe est également impliqué dans un organisme qui vient en aide aux Autochtones sans abri.

Maxym Perron-Tellier est le candidat choisi par le Parti conservateur du Québec. Le consultant en informatique de Val-d’Or a également fait polémique il y a un mois environ, en raison de certains propos tenus sur les réseaux sociaux.

Rouyn-Noranda–Témiscamingue

La Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda

La Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Cette lutte risque d’être la plus regardée parmi les trois circonscriptions de la région, notamment en raison du dossier de la qualité de l’air à Rouyn-Noranda.

La députée solidaire sortante Émilise Lessard-Therrien brigue un second mandat. Elle devra notamment affronter Daniel Bernard de la Coalition avenir Québec.

Avec cette candidature, la CAQ entre dans la cour du PLQ. Daniel Bernard a été député de circonscription sous le gouvernement Charest, élu en 2003, puis en 2008.

Rappelons que la CAQ n’a toujours pas proposé d’échéancier précis pour l’application de la norme québécoise de 3 nanogrammes par mètre cube d’air pour l’arsenic émis par la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda. Québec solidaire, par exemple, s’est déjà engagé à faire respecter cette norme d’ici quatre ans si le parti est au pouvoir lors des prochaines élections.

Du côté du Parti québécois, nous présentons la candidature de Jean-François Vachon, ancien journaliste et adjoint aux communications du député du Bloc québécois Sébastien Lemire.

Arnaud Warolin, ancien préfet de la MRC de Témiscamingue, représente le Parti libéral du Québec dans cette circonscription.

Enfin, l’homme du Parti conservateur est Robert Daigle, qui a une longue feuille de route comme travailleur et représentant syndical dans les secteurs forestier et minier.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page