Skip to content
Engrais : les agriculteurs indignés de subir les sanctions imposées à la Russie


Les agriculteurs, qui souffrent de la hausse des tarifs douaniers imposés sur les engrais en provenance de Russie, implorent Ottawa de corriger la situation immédiatement.

• Lisez aussi : Les grandes puissances agricoles promettent la sécurité alimentaire malgré la guerre en Ukraine

• Lisez aussi : Oui, la puanteur du fumier sera plus forte cette année

En mars, le gouvernement fédéral a imposé un droit de douane de 35 % sur les engrais importés de Russie et de Biélorussie dans le cadre de l’invasion en cours de l’Ukraine. Le tarif était conçu comme une sanction contre la Russie, car les engrais sont l’une des plus importantes exportations de la Russie vers le Canada. Cependant, les agriculteurs déplorent d’être les plus touchés par la mesure, a rapporté Global News.

Austin Mulock, agriculteur de Kawartha Lakes en Ontario, dit qu’il comprend la nécessité de sanctionner la Russie, mais les agriculteurs n’ont pas eu le temps de passer à d’autres fournisseurs d’engrais.

« Cela fait plus mal aux gens qui en ont besoin qu’à ceux qui le vendent », a-t-il déclaré.

Tristan Skolrud, professeur agrégé d’économie au département d’agriculture de l’Université de la Saskatchewan, prévient que le coût des engrais pourrait encore empirer et qu’il pourrait devenir encore plus difficile à trouver.

Pendant ce temps, le président de Grain Farmers of Ontario (GFO), Brendan Byrne, a déclaré que le gouvernement devrait traiter directement avec les entreprises d’engrais au lieu de demander aux agriculteurs de payer le tarif.

Selon Mulock, cette nouvelle difficile survient pendant une période stressante pour les agriculteurs. D’ici la fin de la saison, l’inflation pourrait certainement mettre beaucoup de gens au bord du gouffre, au point qu’ils pourraient ne plus vouloir cultiver. « Nous sommes touchés sur tous les fronts », a déclaré l’agriculteur à Global News.

Une aide adéquate ?

Le gouvernement fédéral a modifié son programme de paiements anticipés agricoles en avril. Au lieu de recevoir des paiements anticipés en deux versements, les agriculteurs canadiens peuvent maintenant recevoir le montant total d’avance pour aider à couvrir les coûts de la saison de plantation.

Cependant, les agriculteurs et les économistes expliquent que les aides actuellement disponibles présentent des inconvénients.

Ian Lee, professeur agrégé à la Sprott School of Business de l’Université Carleton, a déclaré que le changement « bénéficierait énormément » aux petits agriculteurs. À son avis, le gouvernement soutiendrait davantage les agriculteurs s’il offrait un allégement ponctuel pour couvrir les coûts du tarif sur les engrais. « Il y a des choses que les gouvernements peuvent faire là-bas pour atténuer les dégâts sans épargner complètement la Russie », a-t-il ajouté.

Pour M. Byrne, il est utile de savoir que l’argent est disponible, mais il doute que la solution pour les fermes soit de s’endetter davantage.

En outre, les modifications apportées par le gouvernement aux paiements anticipés pourraient également avoir des conséquences imprévues. Si les agriculteurs utilisent les paiements pour stocker des engrais, la demande pourrait encore faire grimper les prix, a déclaré Skolrud.

De son côté, la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, se dit consciente que les agriculteurs doivent absorber une facture plus élevée pour les engrais. Selon elle, des efforts sont également faits pour s’assurer que les intrants arrivent à temps.

« En collaboration avec d’autres ministères et l’industrie, nous avons assuré l’arrivée des livraisons d’engrais nécessaires au début de la saison », a-t-elle transmis dans un communiqué.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.