Skip to content
Embargo de l’UE sur le pétrole russe : Orban annonce l’absence de « compromis » à ce stade

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a affirmé le 30 mai qu’il n’y avait « pas de compromis » acceptable « pour l’instant » concernant un embargo européen sur le pétrole russe, exigeant des « garanties » pour l’approvisionnement de son pays. « Il n’y a pas de compromis du tout pour le moment », a-t-il annoncé à la presse en arrivant à un sommet de l’UE où les Vingt-Sept doivent discuter d’un texte qui vise à permettre l’adoption d’un sixième paquet de sanctions de l’UE contre Moscou, bloqué jusqu’ici par l’opposition à Budapest.

Il faut d’abord trouver des solutions et ensuite des sanctions

Le compromis prévoit un embargo sur le pétrole russe d’ici la fin de l’année, « avec une exemption temporaire pour le brut transporté par pipeline ». La Hongrie, pays enclavé sans accès à la mer, dépend pour 65% de sa consommation du pétrole russe transporté par l’oléoduc Druzhba, qui passe notamment par l’Ukraine. Si Viktor Orban a jugé que cette exemption était une « bonne solution », il s’est inquiété d’un possible incident sur l’oléoduc transportant du pétrole russe, « dont les Ukrainiens et d’autres ont parlé », a-t-il dit. -il explique. « Nous avons besoin d’une garantie que nous pourrions recevoir du pétrole par voie maritime ou ailleurs », a-t-il soutenu. « D’abord, il faut trouver des solutions et ensuite des sanctions », a prévenu le dirigeant, fustigeant le « comportement irresponsable » de la Commission européenne qui a préparé le paquet de sanctions.

Le dirigeant hongrois avait déjà estimé, le 24 mai, qu’un accord sur un tel embargo était « très improbable », contrairement à la présidence française, qui de son côté évoquait la possibilité de « débloquer le veto hongrois ». Selon Budapest, l’embargo pétrolier proposé par l’UE causerait de « graves » ruptures d’approvisionnement en Hongrie » et ferait monter les prix « d’environ 55 à 60 % ».

En outre, les autorités hongroises avaient indiqué qu’un éventuel embargo les conduirait à procéder à une « restructuration complète » du système de raffinage, ainsi qu’à une augmentation substantielle des investissements dans les infrastructures énergétiques. Alors que la Hongrie est le pays qui a le plus ouvertement affiché son rejet de l’embargo pétrolier, d’autres Etats membres s’inquiètent également de cette mesure, comme la Slovaquie, la République tchèque, la Bulgarie et la Croatie, rapportait mi-mai l’AFP.

Le 23 mai, le président russe Vladimir Poutine a jugé que l’économie russe « résiste[ait] très bien » à la batterie de sanctions prises à son encontre, malgré des difficultés nécessitant l’intervention de l’Etat. Le chef de l’Etat avait attribué cette résistance, au début du mois, à des « décisions systémiques » prises par le pays pour « renforcer sa souveraineté économique ». et sa sécurité technologique et alimentaire ».

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.