Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Ella McGregor revient sur sa bouleversante expérience dans «The Voice»

ENTRETIEN – Paralysée par le stress et dépassée par ses émotions, la talentueuse Mauricienne, aujourd’hui âgée de 17 ans, croyait ne jamais pouvoir monter sur scène pour une audition à l’aveugle.

Dans les derniers instants des auditions à l’aveugle de la saison 13 de « La voix » alors qu’il ne restait plus que quelques places dans les équipes de Zazie, Vianney, Mika et Bigflo et Oli, Ella McGregor était sur le point de faire son entrée sur scène. Mais pour cette jeune adolescente mauricienne, le défi qui l’attend va la submerger émotionnellement. « Elle était assise là Louane à 16 ans, comme toi. Elle ne connaissait rien de ce monde, comme toi. Et elle était nerveuse, comme toi.Nikos Aliagas a tenté de la rassurer avec des paroles pleines de sagesse.

Et si l’animateur a fait référence à la chanteuse révélée lors de la saison 2 de « The Voice » diffusée en 2013 sur TF1, c’est parce qu’Ella a choisi d’interpréter le titre. Secrète de Louane. La lycéenne a pu compter sur la gentillesse des équipes de télécrochet réalisées par ITV Studios France pour l’accompagner et la soutenir. Après avoir passé son tour, le temps de reprendre ses esprits, Ella s’est lancée dans le grand bain des auditions à l’aveugle. Et a libéré toute la tension et ses larmes une fois sa performance courageusement terminée. Malheureusement, aucun entraîneur n’a regardé en arrière sur sa performance.

LE FIGARO. – Dans quel état d’esprit étiez-vous lorsque vous êtes allé aux auditions à l’aveugle pour « The Voice » ?
Ella McGREGOR. – J’étais tellement stressée que j’avais l’impression d’avoir une perte de connaissance. C’était beaucoup de pression pour moi, j’avais cette peur de me présenter pour la première fois sur cette grande scène devant un public. Ce n’est qu’une fois que j’ai commencé à chanter que je me suis progressivement détendu. Au début de ma chanson, j’avais encore la gorge serrée et ça se voyait.

Comment vous êtes-vous retrouvé dans ce casting ?
En novembre 2022, je répétais pour un concert et quelqu’un m’a repéré à ce moment-là et m’a demandé de lui envoyer une chanson en vidéo. Je ne l’ai pas pris au sérieux et je n’ai répondu qu’en mars 2023. Un mois plus tard, les équipes de « The Voice » m’ont contacté pour faire les auditions. J’ai effectué plusieurs allers-retours entre l’île Maurice et Paris.

Avez-vous hésité avant de vous lancer dans une telle aventure ?
Je ne pensais pas aller loin lors du casting. Quand j’ai envoyé ma première vidéo, je ne croyais pas au sérieux de la démarche. J’étais convaincu que je n’aurais pas de réponse. Je n’avais jamais vécu ça. J’adore chanter mais, jusque-là, je ne me produisais que devant mon école et lors de petits concerts.

« Je savais que j’allais le regretter et me détester si je ne montais pas sur scène »

Ella McGregor

Qu’attendiez-vous de votre participation à « The Voice » ?
J’ai envie de devenir chanteuse ou de m’épanouir dans ce milieu artistique d’une manière ou d’une autre. J’ai fêté mes 17 ans en février, je suis encore lycéen en première année. Participer à « The Voice » était comme un rêve devenu réalité. Je regarde l’émission avec ma grand-mère depuis que je suis petite. En novembre 2020, j’ai gagné un concours de chant à Maurice et j’ai sorti une chanson sur l’écologie Faisons-le en 2022. Il y a un an, avec mon ami Oli Adam, nous sortions le titre L’été mauricien.

Que s’est-il passé avant de monter sur scène lors d’auditions à l’aveugle ?
La première fois, j’ai paniqué et mes larmes ont commencé à couler. Je me sentais un peu mal et la production a fait venir un autre talent pour me laisser le temps de me calmer. Michaël (Besigot, ndlr), le coach qui s’est occupé de moi, m’a donné un verre d’eau et m’a rassuré. Les maquilleuses ont pris soin d’essuyer mes larmes et, deux minutes plus tard, j’étais partie.

Avez-vous pensé à abandonner ?
Oui, dans ma tête je me suis dit que je ne pouvais pas y aller. Mais au fond, je savais que j’allais le regretter et me détester si je ne montais pas sur scène. Ma grande peur est venue quand j’ai réalisé que j’étais réellement dans « The Voice » au studio Lendit. J’ai dû relâcher la pression du contexte et de l’enjeu. En me disant que je devais y aller, quoi qu’il arrive.

« J’ai été marqué par les propos de Mika »

Ella McGregor

Pourquoi as-tu choisi de chanter ? Secrète de Louane ?
C’était l’une des trois chansons que j’ai testées lors de mes auditions et les équipes de production ont apprécié mon interprétation. Ils ont apprécié ma sensibilité. Je n’avais pas envisagé de défendre mes chances avec ce titre mais c’est vrai que ça m’a permis de transmettre beaucoup d’émotions. Sur scène, j’avais peur mais j’ai réussi à me détendre petit à petit. Il y avait quand même beaucoup de pression car je voyais que les chaises ne se retournaient pas.

Vous avez fondu en larmes devant les coachs…
C’était toute la pression accumulée qui était relâchée d’un seul coup. Il y a eu aussi de la déception mais je sais accepter quand je perds. J’ai réalisé que j’avais relevé le défi, c’était fait et c’était fini. Je n’avais plus besoin de stresser. Mais j’étais triste que l’aventure se termine, j’avais envie d’aller plus loin.

Mika et Vianney sont venus vous consoler, quels souvenirs gardez-vous de ces moments ?
J’ai été frappé par les paroles de Mika qui m’a dit que j’avais bien chanté mais que j’étais resté dans ma zone de confort. Il avait raison et cela m’a motivé à revenir sur « The Voice » en tenant compte de ses conseils. Je me suis tellement mis la pression que j’avais envie de chanter le plus simplement possible. Je n’ai pas pris assez de risques.

«Je n’ai pas laissé cette expérience me ruiner le moral»

Ella McGregor

En coulisses, Nikos Aliagas vous dit qu’il faudrait revenir sur « The Voice » pour montrer aux coachs qu’ils se sont trompés…
J’ai vraiment envie de retenter ma chance. Je vais laisser passer un an pour me consacrer à mes études et, dès l’année prochaine, j’enverrai une nouvelle vidéo en production. J’aurai 18 ans, je serai adulte et j’aurai fini mes études secondaires.

Avez-vous mis du temps à vous remettre de cette première expérience ? dans « La Voix » ?
Après mon retour à Maurice, j’ai fait un voyage scolaire culturel en Angleterre sur les thèmes du chant et du théâtre mais je n’avais plus envie de chanter. J’ai vite repris mes esprits, je n’ai pas laissé cette expérience me gâcher le moral. J’ai relativisé, j’ai encore chanté en me disant que ça allait bien se passer. Aujourd’hui, je suis de retour en pleine forme. Après l’école, je vais dans mon studio et je chante !

On a entendu ton père te parler en anglais et ta mère en français, quelles sont tes origines ?
Nous sommes tous mauriciens et parlons français et anglais. J’étudie dans une école anglaise. Mon grand-père paternel est né en Angleterre et j’ai un passeport britannique. Mon père est pilote de ligne et ma mère hôtesse de l’air donc ils sont habitués à parler plusieurs langues.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page