Skip to content
Eclatement de la bulle immobilière : « Un risque sérieux », selon l’AMF


L’éventualité d’un éclatement de la bulle immobilière inquiète l’Autorité des marchés financiers (AMF), alors que les prix des maisons ont atteint des sommets historiques et que les taux d’intérêt semblent voués à continuer de grimper.

« C’est un risque grave qui nous préoccupe et sur lequel nous travaillons activement avec les établissements que nous encadrons. Nous veillons à ce que des stress tests soient effectués pour comprendre l’impact et atténuer les risques si la bulle immobilière éclate », a répondu le député libéral Carlos Leitão, le PDG de l’AMF, Louis Morisset, lors de l’étude des crédits budgétaires.

L’AMF est le principal organisme de réglementation des institutions financières québécoises et, depuis le 1euh Mai 2020, courtage hypothécaire.

Selon M. Morisset, la situation du marché immobilier au Québec est moins alarmante que dans les autres provinces canadiennes.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous à
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

« Le prix des maisons a augmenté significativement, très significativement, ces dernières années, mais ce n’est pas au niveau de ce qu’on peut observer à Toronto ou Vancouver », a nuancé le PDG.

Ce dernier est d’avis que les institutions financières, comme le Mouvement Desjardins ou la Banque Nationale, ont présentement les reins assez solides pour absorber un tel choc économique s’il survenait.

Pas de durcissement des mesures

Pour l’instant, l’AMF considère qu’il n’y a pas lieu de réviser les règles d’éligibilité aux prêts hypothécaires. L’an dernier, le taux plancher fixe d’un prêt résidentiel non assuré est passé de 4,79 % à 5,25 %.

« C’est un taux que nous considérons toujours acceptable », a déclaré Morisset, députée de Québec solidaire, Ruba Ghazal. « S’il y avait lieu de se réajuster, nous le ferons, mais à ce stade, nous considérons que c’est encore acceptable », a-t-il ajouté.

Au cours des dernières semaines, la Banque du Canada a relevé le taux directeur d’un demi-point de pourcentage pour suivre le rythme de l’inflation, de 0,5 % à 1 %. Une autre annonce est attendue début juin.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.