Nouvelles locales

Donald Trump refuse de témoigner à son procès, là où se terminent les débats

L’ancien président des Etats-Unis et candidat Donald Trump ne témoignera pas lors de son procès historique pour paiements cachés à une actrice de films pour adultes, où l’examen de l’affaire s’est terminé mardi sans qu’il donne sa version aux jurés.

Après plus de quatre semaines de débats, le deuxième et dernier témoin de la défense a bouclé son audition, ouvrant la voie aux toutes dernières phases de ce procès aux enjeux importants pour le candidat républicain à l’élection présidentielle du 5 novembre.

Coupable ou pas, le suspense dure

« Mardi (prochain), vous entendrez les plaidoiries » de la défense et de l’accusation, « et j’espère que vous commencerez à délibérer » le lendemain, a déclaré le juge Juan Merchan aux jurés.

Le juge confiera alors aux jurés la lourde tâche de décider si Donald Trump est coupable, hors de tout doute raisonnable, de 34 falsifications comptables liées au paiement de 130 000 $ à la star du porno Stormy Daniels, pour éviter un éventuel scandale sexuel à la toute fin. de la campagne présidentielle de 2016.

Premier président jugé au pénal

Ce paiement était destiné à acheter son silence sur une relation sexuelle que l’actrice, de son vrai nom Stephanie Clifford, affirme avoir eue avec Donald Trump en 2006, alors qu’il était déjà marié à sa femme Melania. Donald Trump nie cette relation. Pour le déclarer coupable, il faudra l’unanimité des jurés.

« Tout le monde dit qu’il n’y a pas de crime (…) Tous les experts disent qu’il n’y a pas de crime et que je n’ai rien fait de mal », a lancé, dès son arrivée au tribunal mardi, l’ancien président des Etats-Unis, le premier de l’histoire. comparaître dans un procès pénal. Si le septuagénaire était condamné, il pourrait encore se présenter à la présidentielle.

L’avocat qui fait s’emporter le juge

L’examen du dossier s’est terminé avec un témoin de la défense, l’avocat Robert Costello, un vieux vétéran des tribunaux qui a remis en question la veille la version de l’accusateur numéro un, l’ancien homme de confiance de Donald Trump, Michael Cohen.

Mais ce témoin a surtout marqué l’audience de lundi en faisant sortir de ses gonds le juge Juan Merchan, d’habitude imperturbable. S’exprimant sur un ton familier et théâtral, ne masquant pas son exaspération face aux interventions du magistrat, Robert Costello a été sévèrement réprimandé et rappelé à l’ordre. Voyant qu’il continuait à le regarder droit dans les yeux, le juge a même fait évacuer la pièce pendant quelques minutes pour s’expliquer auprès du témoin.

Une relation « consensuelle » mais « déséquilibrée »

L’accusation a appelé 19 témoins et soumis des centaines de documents à la procédure, parmi lesquels des échanges de SMS et d’emails entre les protagonistes, ainsi que les factures et chèques au centre des accusations.

L’actrice a partagé son expérience de sa rencontre avec Donald Trump et de sa relation sexuelle avec lui en 2006, un acte consensuel selon elle, mais où le « rapport de force » avec l’homme d’affaires était « déséquilibré ».

Quant à Michael Cohen, il a directement incriminé son ancien patron en affirmant qu’il avait approuvé le paiement de 130 000 $ à Stormy Daniels.

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page