Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

Dominique Strauss-Kahn défend le « juste » de sa résidence fiscale au Maroc — RT en français

Dominique Strauss-Kahn, dont les activités de conseil exercées depuis le Maroc font l’objet d’une enquête préliminaire à Paris, a assuré qu’il était « à la disposition des enquêteurs » pour démontrer le « fondé » de sa résidence fiscale dans ce pays.

« Une enquête préliminaire a été diligentée en France visant à remettre en cause mon statut de résident fiscal au Maroc », a réagi Dominique Strauss-Kahn dans un message transmis le 14 décembre à l’AFP.

« Je me suis mis à la disposition des enquêteurs et je continuerai à le faire dans le cadre de cette procédure classique », a ajouté l’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI), indiquant qu’ils leur avaient « fourni tous les éléments susceptibles répondre à leurs questions pour démontrer le bien-fondé » de sa résidence au Maroc. « Depuis 2013, j’y habite, j’y exerce une activité économique à travers une entreprise régulièrement déclarée et j’y ai un numéro d’identification fiscale », a-t-il déclaré.

DSK a été entendu en juin dans le cadre de cette enquête préliminaire, ouverte en mars par le parquet national financier (PNF) pour blanchiment de fraude fiscale aggravée, à la suite des révélations en octobre 2021 des « Pandora Papers », une enquête à laquelle avait collaboré environ 600 journalistes réunis au sein du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Un manque à gagner de plusieurs millions pour le fisc ?

Sur les quelque 11,9 millions de documents de 14 sociétés de services financiers étudiés, la question Enquête de trésorerie s’était penché sur les éléments comptables de la société Parnasse International, créée par l’ancien ministre socialiste français en mai 2013.

Cette société est implantée dans une zone franche du Maroc, la Cité financière de Casablanca (CFC), qui lui a permis une exonération totale de l’impôt sur les sociétés pendant cinq ans puis un plafonnement à 8,75% par la suite, selon Enquête de trésorerie. Un niveau de fiscalité aux antipodes de « 30% dans le reste du Maroc et 33,13% en France à la fois », a souligné Ano Kuhanathan, économiste sollicité par les journalistes de l’émission. « Sur cinq exercices complets, on arrive à environ 6,163 millions d’euros d’impôt sur les sociétés, que sa société aurait dû payer si elle avait été domiciliée en France », a estimé ce fiscaliste.

Ces deux sociétés ont été créées pour recevoir les honoraires de DSK pour les conférences qu’il donne à travers le monde et pour ses conseils aux entreprises et aux dirigeants.

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page