Skip to content
dix personnes traduites en justice

Quinze personnes ont été placées en garde à vue dimanche et lundi dans l’enquête sur le naufrage de migrants dans la Manche qui a fait 27 morts fin novembre. L’un d’eux a été mis en examen, et neuf autres sont présentés jeudi à un juge d’instruction.

L’enquête judiciaire sur le naufrage de migrants dans la Manche, qui a fait 27 morts fin novembre, se poursuit pour identifier les responsables de ce drame. Une personne a été mise en examen et placée en détention provisoire mercredi et neuf autres sont présentées jeudi 30 juin à un juge d’instruction parisien, a indiqué une source judiciaire.

Au total, 15 personnes – 13 hommes et deux femmes – ont été interpellées dimanche et lundi, selon cette source, confirmant une information du Parisien et de RTL.

Cinq ont été libérés sans poursuites à ce stade.

Une information judiciaire a été ouverte en décembre au tribunal de Paris, notamment pour homicides et blessures involontaires, mise en danger d’autrui et aide à l’entrée et au séjour d’un étranger en France en bande organisée.

>> A lire aussi : Calais sous le choc après le naufrage de migrants le plus meurtrier jamais connu en Manche

Seules deux personnes ont pu être secourues

Les neuf autres sont en cours de présentation à un juge d’instruction, également en vue d’une mise en examen.

Vingt-sept migrants âgés de 7 à 46 ans sont morts le 24 novembre dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais, alors qu’ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. Il y avait 16 Kurdes d’Irak, un Kurde d’Iran, 4 Afghans, 3 Ethiopiens, un Somalien, un Egyptien et un Vietnamien.

Seuls deux hommes, un Kurde irakien et un Soudanais, avaient été secourus.

Ce naufrage, le plus meurtrier depuis que des migrants ont tenté de traverser la Manche, avait fait grand bruit en Europe et ravivé les tensions entre la France et le Royaume-Uni.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.