Skip to content
« Des ombres russes » sur la crise politique ?  Salvini pointé du doigt

Révélés par le journal La Stampa, des contacts entre l’ambassade de Russie et l’entourage de Matteo Salvini, avant la crise politique qui secoue actuellement l’Italie, interrogent le rôle de la Russie dans la chute du gouvernement de Mario Draghi. Une partie de la classe politique demande jeudi des explications au leader d’extrême droite.

Matteo Salvini a-t-il collaboré avec le Kremlin pour déstabiliser l’Italie ? Le chef du parti d’extrême droite Ligue a été convoqué jeudi 28 juillet pour s’expliquer sur les contacts entre l’ambassade de Russie et son entourage avant la crise qui a conduit à la chute du gouvernement de Mario Draghi.

« Des ombres russes sur la crise politique » en Italie, titrait jeudi La Stampa, le quotidien turinois de centre droit qui a révélé l’affaire.

Le gouvernement d’union nationale de Mario Draghi est tombé le 14 juillet lorsque la Lega, Forza Italia (droite) et le Mouvement 5 étoiles (populistes) ont refusé de participer à un vote de confiance au parlement.

Selon le journal, un diplomate en poste à l’ambassade de Russie a rencontré fin mai à Rome un proche de Matteo Salvini avec qui il a évoqué la situation politique.

« Le diplomate, montrant l’intérêt possible de la Russie à déstabiliser les équilibres du gouvernement italien avec cette opération, aurait demandé si les ministres de la Lega avaient l’intention de remettre leur démission au gouvernement Draghi », détaille un « document de renseignement cité par La Timbre.

La rencontre a eu lieu au moment même où Salvini était accusé de mener une diplomatie parallèle avec l’ambassade de Russie, apparemment pour élaborer un plan de paix entre Moscou et Kyiv, à l’insu du gouvernement italien.

L’ambassade avait notamment facilité l’achat de billets d’avion pour Matteo Salvini et d’autres membres de la Lega pour un voyage à Moscou prévu le 29 mai, qui a ensuite été annulé. Le Kremlin a toujours nié toute ingérence dans la politique italienne.

Salvini fustige « infox »

De nombreux politiques ont demandé des explications à Salvini après les révélations de La Stampa.

Le ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a dénoncé une « tentative des Russes de faire démissionner les ministres de la Lega du gouvernement Draghi ».

« Nous voulons savoir si c’est (le président russe Vladimir) Poutine qui a renversé le gouvernement Draghi », a déclaré le patron du Parti démocrate, Enrico Letta.

Matteo Salvini s’est moqué en retour d’une « gauche divisée et désespérée (…) qui passe son temps à chercher des fascistes, des Russes et des racistes qui n’existent pas ». « Nous sommes du côté de l’Occident et de la démocratie », a-t-il dit, fustigeant « infox ».

>> A lire aussi : Fratelli d’Italia, parti post-fasciste aux portes du pouvoir

L’ambassade de Russie n’a fait aucun commentaire.

Les liens entre Matteo Salvini et Moscou font régulièrement polémique, notamment depuis l’invasion de l’Ukraine, au risque de gêner son parti et ses alliés de Forza Italia et Fratelli d’Italia (extrême droite) dans la campagne pour les élections législatives du 25 septembre. .

Fervent admirateur de Poutine, Salvini a porté des tee-shirts à son effigie en public, et s’est rendu à Moscou en 2014 pour dénoncer les sanctions internationales après l’annexion de la Crimée.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.