Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

Des jeunes Français visitent toutes les villes hôtes des JO, dont Calgary


Le 13 février 1988 a marqué le début des Jeux olympiques d’hiver à Calgary. Près de trois décennies plus tard, les vestiges de cette compétition se démarquent des 53 autres villes hôtes par le degré de réutilisation des infrastructures.

Des milliers de personnes se rassemblent dans un stade lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux d’hiver de 1988 à Calgary.

Photo: Getty Images / JONATHAN UTZ

C’est du moins ce que pense le groupe de 58 jeunes Français appelé Sports autour du monde. Parmi eux, il y a Adèle Reibel qui se dit impressionnée par l’héritage de cet événement international.

De nombreuses installations sont encore utilisées aujourd’hui et ce n’était pas le cas dans toutes les autres villes que nous avons visitéeselle dit.

Fiona Brosolo est d’accord. Ils sont extraordinairement chanceux d’avoir des installations qui durent encore 35 ans plus tard. Ils avaient encore les Jeux il y a quelque temps et le fait que [les installations] sont accessibles à tous… Ils sont extrêmement chanceux.

Pistes permanentes pour l'entraînement au ski freestyle.

Installations de ski acrobatique au parc WinSport à Calgary. (Photo d’archive)

Photo : Radio-Canada / Mark Matulis

En France, nous n’avons pas beaucoup d’installations et elles sont réservées aux sportifsElle ajoute.

Sur la piste des JO, ces jeunes ont, pour l’instant, foulé toutes les villes hôtes d’Europe, de Munich à Barcelone, en passant par Athènes. En Alberta, ils ont visité des installations de l’Université de Calgary, comme l’Anneau olympique et le WinSport Centre du Parc olympique.

En repensant à l’héritage sportif des Jeux de Calgary près de 30 ans après leur tenue, l’instigateur du voyage et professeur d’éducation physique François Lassuye est clair : Je dois dire que nous sommes impressionnés par la qualité des installations et leur durabilité.

Si nous avions vu la moitié des infrastructures abandonnées, nous aurions dit : « Est-ce un échec ? » Là, on voit des infrastructures de qualité, on voit un monde universitaire qui est très impliqué, donc c’est très impressionnantil continue.

Le groupe s’est également entretenu avec des athlètes canadiens, comme le champion paralympique Brian McKeever, ou l’entraîneur de l’équipe de lutte Dinos de l’Université de Calgary, Mitch Ostberg.

De jeunes athlètes français se penchent pour toucher la patinoire de l'Anneau olympique de Calgary.

De jeunes athlètes français visitant l’Anneau olympique de Calgary.

Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

Leur périple ne s’arrête pas à l’aspect sportif de l’événement international, puisqu’ils rencontrent également des représentants des villes visitées pour échanger sur les aspects sociétaux et environnementaux des Jeux Olympiques.

Nous savons que les jeux évoluent. Il y a de nouvelles disciplines qui arrivent, des disciplines qui vont disparaître avec le manque de neige. Nous essayons d’anticiper l’avenir. La question que nous avons posée ce matin à un conseiller municipal est : « Comment voyez-vous les Jeux à l’avenir ? »explique François Lassuye.

Un groupe de jeunes qui visitent les sites olympiques du monde entier sont à Calgary

ICI PREMIÈRE SPECTACLE • Le Carrefour

Le carrefour, ICI Première, avec Benoit Michaud

Au-delà de l’acier et du béton et du sport, ce que François Lassuye veut faire comprendre à ses élèves, c’est l’impact sur la société elle-même.

 » Ce ne sont pas que des médailles, c’est aussi beaucoup de choses. C’est toute la vie d’une entreprise, alors nous avons décidé, avec un groupe de collègues de […] le présenter aux élèves. »

Une citation de François Lassuye

Nous voulons leur montrer ce qu’il y a derrière les Jeux olympiquesil assure.

Calgary dit non aux JO

En 2018, lorsque l’idée de tenir les Jeux olympiques en 2026 a fait son chemin jusqu’au conseil municipal de Calgary, les citoyens n’en ont pas voulu. À la suite d’un référendum sur la question, 56,4 % de la population de l’Alberta métropolitaine avait rejeté le projet, signant ainsi son arrêt de mort.

Malgré ce résultat, François Lassuye voit à Calgary une population qui semble s’intéresser intelligemment aux Jeux et qui serait donc en mesure de les organiser de manière pragmatique.

De Tokyo à Paris

L’idée de ce projet est née pendant la pandémie, lorsque les Jeux de Tokyo ont été suspendus. C’est là qu’on s’est posé des questions : « Que va-t-il se passer ? Comment va-t-on les organiser ? Les Jeux sont-ils destinés à disparaître ? Nous montons le projet [et] on a présenté ça à l’Education Nationaleil explique.

S’ils apprennent l’impact de la tenue des Jeux Olympiques, ils ont également l’intention d’en faire profiter les autres. Une fois leur périple terminé, en 2024, le groupe prévoit de présenter ses conclusions en organisant des conférences dans toute la France.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page