Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

Des chercheurs étudient l’utilisation de clôtures virtuelles pour le bétail


Une équipe de recherche de l’Université de l’Alberta étudie l’utilisation de la technologie dans l’élevage du bétail. Les chercheurs veulent savoir comment les clôtures virtuelles peuvent affecter les animaux et influencer le pâturage en rotation.

Le processus est simple. Une partie du bétail Ranch de recherche Roy Berg Kinsella, à l’est d’Edmonton, possède un collet alimenté par de petits panneaux solaires. À l’aide d’une application téléphonique, les chercheurs peuvent dessiner une clôture virtuelle, qui est une frontière virtuelle pour le bétail.

Essentiellement, avec votre doigt, vous tracez les limites de votre pâturage. Ensuite, ces informations sont téléchargées sur le collierdit Alex Harland, un étudiant qui fait partie de l’équipe de recherche.

Lorsque le bétail dépasse les limites en question, le collier émet un son d’avertissement. Le bétail, entraîné à reconnaître ce son, doit alors rebrousser chemin. S’il ne le fait pas, il recevra un choc électrique.

Cet avertissement sonore et ce choc électrique peuvent se produire jusqu’à trois fois, après quoi l’utilisateur sera averti que l’animal s’est échappé et le collier s’endormira.

L’utilisation de clôtures virtuelles n’est pas destinée à remplacer les clôtures physiques, mais doit être utilisée pour le pâturage en rotation. M. Harland dit qu’une fois que l’équipement est en place et que le bétail a été formé à son utilisation, tout ce dont vous avez besoin est une application sur votre téléphone.

La technologie utilisée à travers ces colliers est disponible via la société norvégienne Nofence.

Photo : Université de l’Alberta/Melanie Buckler

À son avis, cette technologie pourrait faire économiser de l’argent aux agriculteurs à long terme.

L’installation de clôtures pour le pâturage est très coûteuse et le déplacement des animaux demande beaucoup de main-d’œuvreexplique M. Harland.

Sur la question des chocs électriques, le chercheur déclare que leurs forces sont environ un sixième de celles d’une clôture électrique normale, et le bétail apprend à éviter les chocs au fil du temps.

Ils continueront à brouter à la limite de la zone établie tandis que l’avertissement sonore retentira jusqu’à la toute fin. Puis ils s’arrêteront et reviendront (dans certaines limites) pour éviter le chocil dit.

Un autre élément étudié est l’effet des clôtures virtuelles sur la santé et le bien-être du bétail. Selon Harland, les données préliminaires ne montrent pas de corrélation entre la prise de poids et les chocs électriques. Le niveau de reproduction est également moyen.

Pour l’instant, l’un des problèmes de cette technologie est le manque d’accès à Internet pour certains agriculteurs selon M. Harland.

Il a dépassé mes attentes

Lance Neilson, un éleveur de bétail près de Stettler, entre Edmonton et Calgary, s’est associé à Collège Olds pour tester la technologie des clôtures virtuelles sur quatre de ses bovins.

Il a dépassé mes attentesa-t-il déclaré.

Selon lui, cette technologie permet de délimiter plus précisément un pâturage et permet une rotation rapide et efficace : Il y a tellement d’avantages et cela me permet en tant que producteur d’avoir plus de jours de pâturage sur le même terrain.

Il souhaite désormais voir un produit plus local, au lieu de commander les colliers en Europe, car la technologie utilisée est disponible via la société norvégienne Nofence.

Nous avons besoin d’une solution faite au Canada et cela prend de l’argenta-t-il expliqué, ajoutant qu’il aimerait que le gouvernement soutienne financièrement cette technologie.

D’après les informations d’Emily Williams

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page