Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

David Valence : « Il y a encore une vision très machiste de ce que doit être un homme qui incarne le pouvoir »

« Petite pute sans envergure » » pédale lâche », « lavez-vous le cul » ; Voici quelques-unes des nombreuses insultes homophobes que le député Renaissance de la 2e circonscription des Vosges, David Valence, a reçues le week-end dernier, par courrier.

Des écrits particulièrement violents, adressés à son bureau parlementaire, en réponse à ses déclarations sur les propos anti-IVG tenus par l’abbé François Schneider le 11 novembre 2022.

A cette époque, l’élu condamnait fermement les propos du prélat, qui affirmait que « L’avortement a tué plus de monde que la Grande Guerre »et a demandé aux élus français de « prendre exemple » sur la politique anti-avortement menée par le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Suite à ces lettres abusives, David Valence a porté plainte le 4 janvier.

Mais ce n’est pas la première fois qu’il est victime d’insultes homophobes, il ayant déjà porté plainte à plusieurs reprises ces dernières années. Le député, qui a déclaré publiquement son homosexualité, revient sur cet épisode, et sur la nécessité de sortir en politique.

Vous attendiez-vous à recevoir de telles insultes homophobes après avoir dénoncé les propos anti-avortement du Père Schneider ?

Je n’étais pas vraiment surpris. J’ai déjà reçu des menaces de mort, mais souvent ça reste des insultes homophobes.

Cette fois, le courrier a été envoyé directement à mon bureau parlementaire. Il y avait même des insultes écrites sur une des enveloppes, à côté de mon nom…

Je ne présume jamais que c’est la stupidité des gens qui prévaudra, mais parfois cela arrive.

Dans ce cas, on parle d’un milieu conservateur, qui reste assez marginal. Le prêtre en question est en fait soutenu par très peu de personnes.

Mais il y a encore, dans notre société, la diffusion d’une vision très machiste, patriarcale et ethnocentrique de ce que doit être un homme qui incarne le pouvoir. Ici, le problème est simple, c’est que les propos qui ont été tenus par le curé Schneider lors de son sermon sont des propos qui peuvent être pénalement répréhensibles.

J’ai simplement dit que ce n’est pas parce qu’il est prêtre qu’il ne faut pas le poursuivre. C’est ce qui m’a valu ces lettres homophobes.

Cependant, tenir de tels propos dans un lieu confessionnel ne vous laisse aucune impunité. Et cela vaut pour une église, une mosquée ou un temple. Nous sommes en République.

La vie d’une personnalité politique qui assume publiquement son homosexualité est-elle facile aujourd’hui ?

Elle n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui à assumer, car heureusement les gens se sont battus pour que ça avance. D’autres élus, avant moi, sont sortis publiquement, comme Bertrand Delanoë il y a quelques années, qui a fait bouger les choses.

Après, entre le fait de se cacher et celui de s’assumer pleinement, il y a encore une petite marge. Moi, j’assume pleinement. Je ne dirais pas que c’est difficile, mais forcément ça vous expose plus que les autres.

D’ailleurs, lors de campagnes électorales, il m’est déjà arrivé qu’on l’utilise contre moi. Par exemple, lors des élections municipales de 2014 à Saint-Dié-des-Vosges, à l’issue desquelles j’ai été élu maire, trois tracts anonymes ont été distribués dans la ville, sur lesquels était écrit qu’on ne pouvait pas voter pour moi, simplement parce que je suis gay.

Ce coming-out public, je l’ai ressenti comme un devoir. Celui de dire les choses, car je pense aux enfants qui, dans tel ou tel territoire, ont du mal à vivre leur identité. Surtout dans les zones rurales, comme celles d’où je viens. Mais cela transcende la question de l’orientation sexuelle, cela vaut aussi pour celle des origines, du sexe, etc.

Nous n’avons pas besoin de ressembler à tout le monde pour être élus politiciens ! J’ai déjà reçu des messages de jeunes, pour qui le fait que j’assume pleinement mon homosexualité les a aidés dans leur cheminement personnel, notamment au niveau local, à Saint-Dié-des-Vosges.

Pour que les choses avancent, encouragez-vous d’autres personnalités politiques à sortir du lot ?

Je n’ai pas à commenter les choix de chacun, ce que je respecte. C’est privé et chacun fait ce qu’il veut. Mais je pense toujours qu’il est important de faire savoir aux gens.

Selon moi, on change les représentations et les discours à travers ce que l’on porte. J’ai vu évoluer des personnes qui n’avaient jamais été confrontées à des personnes homosexuelles depuis que j’ai été élu et que j’ai fait mon coming out. Alors oui, c’est important de le faire.

Après, la vie publique, par nature, nous expose beaucoup, de plus il y a un vrai sujet sur le respect, la protection des élus, qui va au-delà du simple cas d’insultes et de menaces à caractère homophobe.


Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page