Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Critique de « The Volcano: Rescue from Whakaari » : une tragédie sismique


Il y a trois ans, sur une petite île au large de la côte est de la Nouvelle-Zélande, plusieurs groupes de touristes faisaient du trekking près du bord d’un stratovolcan actif lorsque le site a éclaté, jaillissant de la vapeur brûlante, des gaz toxiques et des panaches de cendres qui se sont élevés à des milliers de pieds dans les airs. Plus de 20 personnes sont mortes, certaines dans l’explosion et d’autres qui ont succombé plus tard à leurs blessures ; beaucoup d’autres ont subi de graves brûlures.

Une chronologie détaillée de la tragédie est relayée dans le documentaire sans fioritures de Netflix « The Volcano: Rescue from Whakaari », qui repose sur des entretiens avec une poignée de survivants et de personnes impliquées dans les missions de sauvetage.

White Island (également connue sous son nom maori, Whakaari) est un cadre magnifique pour un documentaire, une merveille naturelle qui a longtemps été une destination pour les passionnés de géologie et les amateurs de sensations fortes désireux de scruter les abysses d’un volcan vivant. Le film commence par se pencher sur cette envie de voyager à travers des images et des cartes de l’île, mais une fois que nous atteignons le moment de l’éruption, l’ambiance devient sombre.

Le réalisateur, Rory Kennedy, n’explore que légèrement la science derrière la calamité, et le film ne s’étend jamais au-delà des connaissances d’un profane. De même, le film s’arrête avant d’examiner les organisations et les agences gouvernementales qui peuvent être responsables. Au lieu de cela, Kennedy semble déterminé à centrer les survivants, qui – à côté de photos et de vidéos originales prises par des touristes ce jour-là – décrivent un enfer vivant de peur et d’agonie.

Mais alors que ce cadre garantit une histoire de catastrophe captivante, le choix d’ignorer les répliques sociales de l’éruption laisse les téléspectateurs sans outils pour contextualiser la douleur profonde exposée. Une fois la cendre retombée, nous aspirons à la perspicacité, mais seul le traumatisme persiste.

Le volcan : sauvetage de Whakaari
Classé PG-13. Durée : 1h38. A regarder sur Netflix.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page