Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

« Crimes de guerre », bilan… Trois questions sur le bombardement du camp de réfugiés de Jabaliya


  • Israël a revendiqué la responsabilité du bombardement du camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de Gaza, mardi et mercredi, visant des dirigeants du Hamas.
  • Même s’il est difficile d’obtenir un bilan précis, le Hamas dénonce la mort de 195 personnes dans ces frappes.
  • Ces attentats ont suscité de multiples réactions de la part de la communauté internationale, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme estimant que ces agissements pourraient constituer des « crimes de guerre ».

Au cours de ses deux derniers jours, mardi et mercredi, le camp de réfugiés de Jabaliya, situé au nord de la bande de Gaza, a été lourdement bombardé par l’armée israélienne, qui prétendait vouloir s’en prendre aux dirigeants du Hamas. 20 minutes fait le point après ces nouveaux bombardements.

Ce qui s’est passé ?

Jabaliya, le plus grand centre de réfugiés de la bande de Gaza, où vivent habituellement 116 000 personnes, a été visé par des tirs israéliens mardi et mercredi. Mardi soir, l’armée israélienne a confirmé ce bombardement dans le camp qui a ciblé et permis d’« éliminer » Ibrahim Biari, un commandant du Hamas présenté comme l’un des responsables des attentats du 7 octobre.

« Le peuple palestinien mérite la paix et la sécurité. Au lieu de cela, ils sont utilisés comme boucliers humains, a accusé un porte-parole de l’armée israélienne, Richard Hecht. Une affirmation démentie par Abdul Issa Massoud, un habitant de Jabaliya, qui a assuré à l’AFP qu’il n’y avait « aucune résistance (de la part des combattants du Hamas, NDLR) » dans le camp.

Depuis les attaques sanglantes du Hamas, l’armée israélienne mène une riposte à Gaza et affirme avoir « éliminé » Muhammad Atzar, chef de l’unité antichar, dans une frappe, sans préciser où ce dernier a été tué.

Quels sont les résultats après le bombardement du camp ?

Le gouvernement du Hamas a annoncé jeudi que 195 personnes avaient été tuées dans deux bombardements israéliens contre le camp de réfugiés de Jabaliya, mardi et mercredi. « Les victimes du premier et du deuxième massacres de Jabaliya dépassent le millier entre martyrs et blessés. Nous avons enregistré 195 martyrs, 120 disparus sous les décombres et 777 blessés », a indiqué le service de presse du gouvernement du Hamas dans un communiqué. Cette appréciation n’a pas pu être vérifiée dans l’immédiat, a rappelé l’AFP.

Présents sur place, les journalistes de l’agence ont constaté des destructions massives, tandis que des survivants déblayaient les décombres à la recherche de survivants. Les sauveteurs ont également affirmé que « des familles entières » avaient été décimées. Le premier bombardement du camp, mardi, a tué sept otages, « dont trois détenteurs de passeports étrangers », a assuré le Hamas. Selon les autorités israéliennes, 240 otages sont détenus par le mouvement islamiste.

Quelles réactions après l’attentat ?

Mercredi soir, le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a estimé que ces bombardements pourraient constituer des « crimes de guerre », en raison « du nombre élevé de victimes civiles et de l’ampleur des destructions ». Le chef des opérations humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths, a dénoncé une « atrocité ». Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, s’est dit « consterné » par les frappes contre le camp de réfugiés.

Mercredi soir, la France s’est montrée « profondément préoccupée par le très lourd bilan pour les populations civiles palestiniennes ». Tout en réitérant sa « solidarité sans faille » avec Israël, le chancelier allemand Olaf Scholz a souligné « l’importance de la protection des civils et de l’aide humanitaire pour la population de la bande de Gaza » lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Le Qatar a déploré un « nouveau massacre », tandis que l’Arabie saoudite et l’Argentine ont condamné ces frappes israéliennes.




gn world

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page