Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Covid : la HAS ouvre la vaccination aux tout-petits


Publié le 19 décembre 2022 à 15:31

C’est une première en France : les bébés seront bientôt vaccinés contre le Covid. Dans un avis publié lundi, la Haute Autorité de santé (HAS) « recommande d’étendre dès aujourd’hui la vaccination contre le Covid aux enfants âgés de 6 mois à 4 ans ».

Cependant, tout le monde n’est pas concerné. La recommandation des autorités sanitaires françaises est bien plus stricte que les conseils donnés par leurs homologues européens il y a quelques semaines. Seuls les tout-petits à risque de développer une forme grave de la maladie, voire de mourir, seront éligibles à l’injection. Ils bénéficieront du vaccin développé par Pfizer et BioNTech.

En Europe, plusieurs autorités sanitaires ont recommandé le vaccin Pfizer/BioNTech pour tous les bébés de six mois à quatre ans, jugeant que les bénéfices l’emportent sur les risques. Ils avaient également recommandé un autre vaccin, celui de Moderna, pour tous les bébés de six mois à cinq ans. Ces avis allaient dans le sens des décisions prises aux Etats-Unis où, depuis plusieurs mois, tous les bébés de plus de six mois peuvent être vaccinés contre le Covid.

Peu d’enfants vaccinés en France

Les autorités françaises n’ont pour l’instant autorisé que le vaccin Pfizer/BioNTech. Surtout, comme l’ont déjà décidé d’autres pays européens comme l’Allemagne et les Pays-Bas, ils limitent son utilisation à certaines catégories de bébés : essentiellement, ceux qui risquent de graves complications.

Cela inclut « les enfants qui ont l’une de ces comorbidités : cardiopathie congénitale, maladie hépatique chronique, maladie cardiaque et respiratoire chronique (y compris l’asthme sévère nécessitant un traitement continu), maladie neurologique, immunodéficience primaire ou induite par des médicaments, obésité, diabète, hémopathies malignes, drépanocytose et trisomie 21″, liste la HAS.

A cela s’ajoutent des cas de « cancer récent, de maladie rénale chronique ou de handicap neurologique ». La vaccination est également recommandée pour les bébés dont l’entourage est à risque d’une forme sévère de Covid.

Cet avis s’inscrit dans un contexte où très peu d’enfants français sont vaccinés contre le Covid, alors que la vaccination est ouverte aux moins de douze ans depuis fin 2021. Actuellement, à peine 5 % des enfants âgés de cinq à onze ans sont vaccinés en France. « L’échec de la vaccination des enfants contribue à expliquer les moins bons résultats globaux de la vaccination en France par rapport à l’Italie, l’Espagne et le Portugal », a relevé la Cour des comptes dans un récent rapport sur la vaccination anti-Covid en France.

Concentration de formes sévères chez les tout-petits

Le Covid représente d’abord un risque important pour les plus âgés. Mais des cas graves et des décès existent aussi chez les enfants, surtout lorsqu’ils sont à risque de formes graves. Pour justifier l’ouverture de la vaccination à certains bébés, la HAS a souligné à juste titre que c’était d’abord surtout sur les plus petits que se concentraient les formes graves de Covid chez les enfants.

Selon les dernières données disponibles en France, « les moins d’un an représentaient 70% des hospitalisations des 0-17 ans et 84% des admissions en réanimation », souligne l’autorité de santé. Elle juge convaincantes les données d’efficacité disponibles sur le vaccin Pfizer/BioNTech chez les enfants de moins de quatre ans, tout en soulignant que le risque d’effets secondaires graves ne semble pas prouvé. « Aucun décès, aucun cas de myocardite ou de péricardite n’a été rapporté dans les différentes études réalisées », note la HAS.

Si les parents concernés décident de faire vacciner leur bébé, ce sera dans tous les cas avec une version du vaccin différente de celles utilisées pour les adultes ou les enfants plus âgés. Il s’agit d’un vaccin à faible dose administré en trois injections au lieu de deux. Le premier intervalle devrait durer trois semaines, le second au moins huit. Si les avis de la HAS sont théoriquement consultatifs, le ministère de la Santé les suit quasi systématiquement.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page