Skip to content
Covid : face à la septième vague, les 7 questions agaçantes




La lecture des articles est réservée aux abonnés. Ouvrir une session

Les vacances d’été éloignent la pandémie de nos esprits, qui les monopolisent déjà depuis près de deux ans et demi. Les masques tolérés depuis des mois semblent devenus insupportables. La Première ministre, Elisabeth Borne, a simplement  » conseillé […] dans des endroits bondés » et « espaces confinés »surtout  » transport public « Mardi 28 juin.

Pourtant, ce même jour, la France enregistrait près de 150 000 cas positifs au Sars-CoV-2, selon Santé publique France. La barre symbolique des 100 000 tests positifs quotidiens n’avait pas été dépassée depuis plus de deux mois. Il a été franchi pour la toute première fois en décembre 2021.

Réalisation de tests antigéniques sur les Champs-Élysées à Paris, le 28 juin 2022. © Photo Myriam Tirler / Hans Lucas via AFP

Après avoir créé une panique généralisée, Omicron a changé le visage de l’épidémie. Plus contagieuse mais moins grave, elle avait tendance à rassurer. Sauf que le virus continue de muter. La sous-lignée Omicron BA.1 est responsable de la poussée de l’hiver dernier. Son cousin BA.5, celui de l’actuel : pas assez différent pour être qualifié de nouvelle variante, est-il assez différent pour changer la donne ? Nos réponses aux questions que nous voulions vraiment arrêter de poser.


mediapart

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.