Skip to content
Cours d’autodéfense offerts aux élèves du Témiscamingue


Il s’agit d’un programme d’autodéfense et de sensibilisation à l’agressivité offert à tous les élèves du secondaire.

C’est Ambroise Lycke, un entraîneur de judo qui proposait des cours d’autodéfense avant la pandémie, qui a initié le projet.

Juste après la pandémie, j’ai eu beaucoup de demandes. Beaucoup de gens qui avaient subi des agressions. J’ai contacté les groupes communautaires avec qui j’avais travaillé dans le passé et ils m’ont dit que oui, au Témiscamingue comme ailleurs au Québec, le nombre d’attaques a augmenté. J’ai proposé aux organismes communautaires de faire le tour de nos jeunes pour les sensibiliser. Le but est de leur donner des outils pour prévenir les attaques mais si malheureusement malgré toute la prévention, ils se retrouvent dans une attaque, c’est de leur donner des outils pour s’en sortir afin d’obtenir de l’aidedécrit Ambroise Lycke.

Une trentaine de groupes du secondaire pourront suivre le cours.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Plusieurs organismes se sont regroupés pour offrir le programme : le Centre d’aide aux victimes d’agression sexuelle (CALACS), le Groupe Image, la Maison Équinoxe, le Centre de services scolaire Lac-Témiscamingue et le Carrefour jeunesse emploi, entre autres. .

Julie Larochelle, intervenante communautaire au Carrefour jeunesse emploi, est aux côtés d’Ambroise Lycke pour offrir la formation.

Ce sont des discussions qu’on n’a pas souvent avec nos jeunes, explique-t-elle. C’est pour les sensibiliser, mais de façon active, on les met en action, on les met en action, on les questionne beaucoup. Parfois, je jouerai l’agresseur et Ambroise la victime et leur montrerai ce que cela peut faire dans une situation comme celle-là.

Au-delà des coups

Cours d’autodéfense offerts aux élèves du Témiscamingue

Des jeunes, par exemple, expérimentent des techniques d’autodéfense sur mannequins sous le regard de Julie Larochelle et Ambroise Lycke.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Une partie de la formation consiste à enseigner aux adolescents comment échapper à un agresseur. Cependant, les deux formateurs insistent sur le fait que le cours vise avant tout à faire de la prévention et de la sensibilisation.

 » Ce n’est vraiment que de l’autodéfense, il n’y a pas de technique pour attaquer. Nous avons toujours les mêmes 3 étapes : 1. la surprise avec le strike ; 2. dédouanement ; 3. fuir et surtout demander de l’aide. »

Une citation de Julie Larochelle

C’est très actif, on veut que les jeunes embarquent et ça marche très bien jusqu’à présent. Il y a des bulles théoriques où différents thèmes sont abordés, mais nous sommes encore dans le mode pratique. On fait bouger les jeunes, on tape sur les mannequins, mais on parle aussi d’éléments sérieux, par exemple on parle de témoins actifs, comment aider, comment jouer un rôle actif quand on voit une situation d’intimidation, d’agressionsouligne Ambroise Lycke.

Les 37 classes secondaires des écoles secondaires Rivière-des-Quinze, Gilbert-Théberge et Marcel-Raymond recevront une formation d’ici quelques semaines.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.