Skip to content
Coup double pour Marianne Vos avec la victoire d’étape et le maillot jaune

La Néerlandaise Marianne Vos a remporté la deuxième étape du Tour de France Féminin entre Meaux et Provins. Le champion Jumbo-Visma prend également le maillot jaune.

A 35 ans, Marianne Vos a déjà le meilleur palmarès du cyclisme féminin. Route, cyclo-cross, piste… Elle a gagné sur tous les terrains. Lundi 25 juillet, elle a ajouté deux nouvelles lignes lors de la deuxième étape du Tour de France féminin : une victoire d’étape de la toute nouvelle course et surtout un maillot jaune.

L’expérimentée Néerlandaise s’est isolée en tête avec un groupe de six coureurs puis a installé ses compagnes d’échappée, devant Silvia Persico et Katarzyna Niewiadoma sur la ligne. Une victoire qui lui permet aussi de récupérer le maillot vert.

>> À lire aussi : « Tour de France féminin : la fin d’une si longue absence »

Peloton nerveux tout au long de l’étape

C’est un peloton suspect qui a pris la route de Meaux, depuis le musée de la Grande Guerre. Finie la décontraction avec les déambulations de Tadej Pogacar et Benjamin Thomas venus soutenir leurs compagnons après avoir terminé la Grande Boucle messieurs : en analysant le parcours des 136,4 kilomètres qui séparent le départ de l’arrivée à Provins et la météo, les directeurs sportifs ont prédit un risque de bordures.

Une échappée parvient tout de même à se former composée de Sabrina Stultiens (Liv Racing Xstra), Rotem Gafinovitz (Roland Cogeas Edelweiss Squad), Marit Raaijmakers (Human Powered Health) et Femke Gerritse (Parkhotel Valkenburg). Ce dernier dompte en première position la côte de Tigeaux, glanant les deux points au classement de la montagne.

Cependant, les équipes ont roulé fort derrière et l’échappée a fait long feu, reprise à 78 kilomètres de l’arrivée. Le maillot blanc Maike van der Duin attaque, faisant monter la nervosité dans le peloton. Les chutes se multiplient et la FDJ en fait les frais : ses deux dirigeants sont pris dans les chutes. Marta Cavalli finit par abandonner. Cecilie Uttrup Ludwig concédera également du temps malgré les efforts de ses coéquipières. Alors que l’objectif n’était pas de faire perdre du temps à la seule équipe française du World Tour, la journée a viré au désastre.

Maike van der Duin, récupérée lors du premier franchissement de la ligne d’arrivée, fait partie du « bon coup » qui résistera aux côtés de Marianne Vos jusqu’à l’arrivée. Ces efforts lui ont valu le titre de coureuse la plus combative de l’époque. Un dossard rouge qui colle à la peau de l’équipe Le Col-Wahoo puisque la veille, c’était déjà une de ses coureuses qui l’avait obtenu : la Française Gladys Verhulst.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.