Skip to content
Comment une smartwatch collée à un arbre peut améliorer la gestion de l’eau


Les chercheurs s’intéressent à la vitesse de balancement des arbres dans le vent grâce à l’utilisation d’accéléromètres, comme les bracelets Fitbit. Ces données permettent d’en apprendre beaucoup sur l’état des forêts et de recueillir des informations précieuses pour la gestion de l’eau.

Vous serez également intéressé


[EN VIDÉO] Peut-on recycler l’eau à l’infini ?
Comment la science peut-elle contribuer à améliorer la gestion de l’eau dans le cadre de l’économie circulaire ? C’est la question que se posent les acteurs à l’origine du projet européen nextGen.

Tout comme les bracelets connectés nous permettent d’en apprendre beaucoup sur notre activité physique et plus généralement encore sur notre santé, les chercheurs s’intéressent mouvements depuis des arbres qui se balancent selon vent. Pour ce faire, ils ont scotché des accéléromètres à leurs troncs, comme un  » Fitbit pour les arbres « .

Plusieurs groupes de chercheurs étudient ainsi les arbres afin d’en savoir plus sur les conditions environnementales dans lesquelles poussent les forêts. Le Masse de l’arbre et celle du canopée modifier le balancement qui peut être mesuré par les chercheurs. Lorsqu’il pleut, la masse de la canopée augmente, réduisant le mouvement de l’arbre. A l’inverse, en cas de la sécheressel’arbre perd de la masse et rigidité. L’arbre se balance plus lentement et permet aux chercheurs de détecter le stress hydrique de l’arbre.

Des accéléromètres pour évaluer la réponse au changement climatique

Un article récent paru dans le journal Recherche sur les ressources en eau particulièrement intéressé par la neige. Lorsqu’un arbre est recouvert de neige, la masse supplémentaire ralentit son mouvement. Il permet, par exemple, d’évaluer la différence entre la neige emprisonnée dans la canopée, dont une grande partie finit par s’évaporer, et la quantité de neige qui tombe réellement au sol.

Une autre étude publiée dans Météorologie agricole et forestière utilise les mêmes mesures mais cette fois pour étudier la phénologie des arbres. Ils peuvent ainsi détecter le changement de masse lorsque les feuilles poussent au printemps ou tombent en tombe. Accéléromètres peut même révéler le moment de la floraison, ce qui aiderait à prévoir les pics de pollenou l’arrivée deinsectes envahissant.

L’utilisation d’accéléromètres compléterait les outils actuels, tels que la surveillance vidéo des forêts, et pourrait permettre à l’avenir d’évaluer la réponse des arbres à changement climatique et déterminer la espèces le plus résistant.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

www.futura-sciences.com


zimonews Fr2En2Fr