Skip to content
Comment les députés-militants du Nupes veulent subvertir l’Assemblée nationale




La lecture des articles est réservée aux abonnés. Ouvrir une session

 » Ce n’est pas ce qui était prévu, ça m’a a glacé le sang. » L’élection des 89 députés du Rassemblement national (RN) à l’Assemblée nationale le 19 juin a eu l’effet d’une douche froide sur Damien Maudet, député de La France insoumise (LFI) fraîchement élu en Haute-Vienne. Malgré le score de la coalition de gauche, dont les composantes rassemblent au total 137 sièges, la formation d’extrême droite semble  » JE’opposition le plus fort, constate avec amertume l’ancien étudiant syndicaliste à l’Unef (Tendance unité & action syndicale, l’aile gauche du syndicat), 25 ans. LFI ne compte que 72 élus.

Dont acte. Pour Damien Maudet, qui a passé deux ans aux côtés de François Ruffin en tant qu’assistant parlementaire, il faudra d’autant plus s’appuyer sur une autre pratique de l’exercice parlementaire pour se faire entendre.

L’« alchimie » avec les mobilisations, notamment, sera centrale pour peser contre Macron. « Je ne suis pas naïf : en l’absence de majorité à l’Assemblée nationale, il sera difficile de l’emporter contre la réforme des retraites. jeIl faut donc massifier la protestation de rue à l’Assemblée. En d’autres termes, nous avons besoin d’une majorité sociale », dit-il le 23 juin dans un café proche du Palais-Bourbon, au lendemain du retour du groupe insoumis.


mediapart

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.