Skip to content
Cecilie Uttrup Ludwig de la FDJ remporte la troisième étape

La championne danoise Cecilie Uttrup Ludwig a remporté le sprint devant la maillot jaune Marianne Vos dans la troisième étape du Tour de France mardi à Épernay, au lendemain de la journée cauchemardesque de son équipe FDJ-Suez, marquée par l’abandon de l’autre leader des Français. formation, Marta Cavalli.

La championne danoise Cecilie Uttrup Ludwig s’est imposée au sprint, en petit comité, dans la troisième étape du Tour de France, mardi 26 juillet à Épernay. Une belle récompense pour la cavalière et son équipe après une journée cauchemardesque, lors de la deuxième étape entre Meaux et Provins.

« Ça a tellement un goût de revanche après la journée de m… la veille », a lâché la Danoise toujours très expressive, en larmes après cette douzième victoire, la plus grosse de sa carrière, à 26 ans.

La course de la FDJ-Suez-Futuroscope avait en effet viré au désastre entre les chutes et l’abandon de sa co-dirigeante Marta Cavalli. Le directeur général, Stephen Delcourt, avait promis que l’équipe rebondirait qu’elle ne renoncerait pas « à son envie de marquer le Tour et d’entrer dans l’histoire ».

Entre Reims et Épernay, sur la troisième étape du Tour de France Féminin, Cecilie Uttrup Ludwig a montré qu’il ne s’agissait pas que de mots. Elle s’est imposée au sommet de la butte de Mutigny devant la maillot jaune Marianne Vos. La légende hollandaise, 35 ans, a néanmoins conforté son maillot jaune en devançant tous ses concurrents sur la ligne d’arrivée.

La FDJ libérée d’un fardeau

La sélection s’est déroulée sur la côte de Mutigny (900 mètres à 12,2% de pente moyenne) où Julian Alaphilippe s’était envolé pour remporter l’étape et endosser le maillot jaune du Tour 2019.

Présente dans un deuxième groupe, Cecilie Uttrup Ludwig a profité des chutes de Demi Vollering et Liane Lipert dans la descente et de l’incompréhension du groupe de tête pour faire le lien à six kilomètres de la ligne.

Le grimpeur de 26 ans n’a ensuite laissé aucune chance à la compétition dans l’avenue de Champagne et ses châteaux des grandes maisons de Champagne.

Cette victoire a certainement libéré l’équipe d’un fardeau. Il n’y a qu’à voir le champion danois s’effondrer de joie au milieu des journalistes après la ligne. Alors se lever pour serrer dans ses bras les membres du staff FDJ et se jeter sur Stephen Delcourt, des larmes de joie très proches de couler.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.