Skip to content
Carlos Alcaraz est équipé pour veiller tard… et régner longtemps

Aux premières heures de la nuit de jeudi, plusieurs raquettes ATP et WTA ont exprimé sur les réseaux sociaux toute l’admiration et la fascination suscitées en elles par le duel infernal que les quarts de finale du prodige espagnol de 19 ans Carlos Alcaraz et du talentueux 21- l’Italien Jannik Sinner, âgé d’un an.

Leur match marathon, qui a débuté mercredi à 21h25, a duré 5h15, ce qui en fait le deuxième duel le plus long du tournoi. Alcaraz a fini par marquer le point décisif jeudi à 2h50 du matin, alors que les serveurs des bars new-yorkais avaient déjà annoncé leur dernier service à leurs clients.

Jamais un match ne s’est terminé aussi tard à Flushing Meadows.

***

Alcaraz a gagné en cinq sets de 6-3, 6-7 (7/9), 6-7 (0/7), 7-5 et 6-3. Pour la petite histoire, on retiendra qu’il a sauvé une balle de match alors qu’il s’inclinait 4-5 dans le quatrième set. Pour obtenir sa place en demi-finale, il a aussi utilisé une recette qui sied aux plus grands champions : il ne s’est pas battu. Il n’a commis que 38 fautes directes contre les 63 enregistrées par Sinner.

On retiendra aussi qu’Alcaraz est devenu le plus jeune joueur à atteindre le carré d’as à New York depuis Pete Sampras, qui avait remporté ce tournoi majeur à 19 ans en 1990. Dans le tournoi du grand chelem, Rafael Nadal (Roland-Garros en 2005) était le dernier à se faufiler en demi-finale avant son 20e anniversaire.

En mai 2005, il venait d’atteindre le top 5 mondial et fascinait le monde. Il a battu Roger Federer en demi-finale à Paris et a remporté le premier de ses 22 titres majeurs contre Mariano Puerta.

Carlos Alcaraz suscite le même genre d’excitation lors de ces passionnants US Open.

***

Après l’élimination de Nadal en huitièmes de finale, il est déjà certain qu’un joueur de la génération montante, que ce soit Alcaraz ou Casper Ruud, occupera la première place du classement ATP lundi prochain.

On ne sait pas encore lequel, cependant, car leur voyage n’est pas terminé à Flushing Meadows.

Avant de décrocher son laissez-passer pour la finale, Alcaraz devra d’abord vaincre Frances Tiafoe, ce qui est loin d’être fait. Lors de ses deux derniers matchs, l’Américain a battu Nadal (2e mondial) et le Russe Andrey Rublev (11e). De son côté, le Norvégien de 23 ans (7e) croisera la route du Russe Karen Khachanov, titulaire du 31e rang à l’ATP.

Peu importe qu’Alcaraz ou Ruud prennent le numéro 1 mondial, ce sera déjà un énorme événement sur la scène du tennis. Car depuis 2004, sur un total de 949 semaines, Roger Federer (310), Novak Djokovic (373) et Rafael Nadal (209) sont au top depuis 892 semaines, soit 94% du temps.

Durant ces 18 années, seules deux éclipses se sont produites : Andy Murray est monté sur le trône pendant 41 semaines (2016 et 2017) et l’actuel n°1, le Russe Daniil Medvedev, l’a occupé pendant 16 semaines (2022).

Cela dit, c’est la première fois qu’on voit vraiment émerger une jeune raquette comme Alcaraz, qui s’est installée si facilement dans la jungle du tennis et qui semble avoir tout pour changer l’ordre établi depuis de nombreuses années. Tellement d’années.

***

Ce week-end, le feu d’artifice ultime serait Alcaraz rencontrant Ruud en finale et l’Espagnol gagnant. Il deviendrait ainsi le plus jeune n°1 mondial de l’histoire du tennis. Rien de moins!

Le plus jeune titulaire du 1er rang à ce jour est l’Australien Lleyton Hewitt, qui a pris le trône à l’âge de 20 ans et 8 mois en 2001.

Si Alcaraz gagnait, ce serait l’un des plus grands exploits de l’histoire du sport professionnel dans toutes les disciplines. Il est extrêmement rare de voir un athlète masculin dominer son sport sur la scène mondiale avant l’âge de 20 ans.

Son incroyable parcours, qui suscite déjà l’admiration de toute la planète, annonce que tout lui est possible.

Cette année, Carlos Alcaraz a notamment battu Nadal et Djokovic deux jours de suite à Madrid. Une pantoufle avec ça ? Personne n’avait réussi un tel exploit auparavant.

En juillet dernier, il est aussi devenu le plus jeune joueur à atteindre le top 5 mondial depuis Nadal en 2005. Sans compter que l’an dernier, ses apparitions en quart de finale à Flushing Meadows et Roland-Garros faisaient déjà de lui un véritable prodige.

On a vraiment l’impression d’être à la relève de la garde.

Le temps a eu raison de Federer. Nadal s’accroche noblement. Medvedev ressemble à un n ° 1 de transition. Quant à Djokovic, il n’est pas vacciné contre la jeunesse, je suppose.

Regardons de très près Carlos Alcaraz. Il a du sang royal, ce petit.

canada

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.