Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

Caribou des bois: le Québec durement critiqué devant des experts mondiaux


Le professeur d’écologie animale à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a profité de sa visite à Anchorage pour dévoiler pas moins de sept nouvelles études sur le caribou, réalisées personnellement ou en équipe.

L’une d’elles, qui sera officiellement soumise à révision au cours de l’été, rappelle essentiellement les dernières décennies de décisions politiques contre le caribou dans la Belle Province.

Nous avons perdu notre temps et gaspillé notre argentcommente l’experte en caribou en entrevue avec Radio-Canada. Alors que la main gauche essayait d’installer plein de mesures pour aider le caribou, la main droite modifiait assez continuellement l’habitat.

Martin-Hugues St-Laurent s’est rendu à Anchorage la semaine dernière pour dévoiler de nouvelles études dans le cadre du North American Caribou Workshop & Arctic Ungulate Conference. (Photo d’archive)

Photo : Radio Canada

Devant des représentants des Premières Nations de partout au Canada ainsi que des chercheurs d’une dizaine de pays, M. St-Laurent a résumé le sort des quatre hardes de caribous les plus fragiles du Québec, soit celles de Charlevoix, de Val-d’Or, de la Gaspésie et de la région du réservoir Pipmuacan, dans la MRC du fjord du Saguenay.

Selon lui, ces derniers ont été particulièrement mettre de côté À travers le temps. Les trois premiers font l’objet de mesures de conservation extrêmes, telles que l’enclos (total ou partiel) et l’abattage intensif des prédateurs.

Un exemple à ne pas suivre

Le chercheur, connu pour ses positions critiques envers les politiciens, a présenté les différentes mesures de protection mises en place pour protéger les troupeaux de la province au cours des cinquante dernières années.

Parmi eux, le Québec a fermé des chemins forestiers, mis sur pied des comités de rétablissement, élaboré des stratégies de restauration des habitats, intensifié la récolte d’ours, de loups ou de coyotes, protégé certaines zones forestières de la récolte industrielle et plus récemment mis en captivité des caribous pour aider à la reproduction des troupeaux.

Caribou dans un enclos à l'automne.

Les troupeaux de Val-d’Or (image) et de Charlevoix sont actuellement confinés dans des enclos les protégeant des prédateurs. (Photo d’archive)

Photo : Autres banques d’images / Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

J’y place la proportion d’exploitation forestière dans l’habitatpoursuit M. St-Laurent. Ce que cela montre, c’est que l’on constate que l’évolution du nombre d’individus dans les quatre troupeaux exclus a diminué. Ainsi, malgré des investissements importants et les mesures déployées, une partie des résultats a été annulée par la perturbation continue des forêts matures, l’habitat essentiel du caribou forestier.

 » Les politiciens repoussent les décisions difficiles, et pendant ce temps nous perdons toute la marge de manœuvre dont nous avons besoin. »

Une citation de Martin-Hugues St-Laurent, professeur, Université du Québec à Rimouski

L’expert s’en est enfin pris aux différentes stratégies des gouvernements visant à reporter des actions plus musclées pour aider l’espèce. Il y a eu toutes sortes de demandes de nouvelles études qui ont ralenti le tempodéplore-t-il, citant en exemple deux cas récents sous le gouvernement de la Coalition avenir Québec.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Ancien ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour (Photo d’archive)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

L’ancien ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, avait commandé une méta-analyse sur le caribou forestier, affirmant que les données sur l’animal n’étaient pas encore suffisantes pour prendre des décisions éclairées. L’autre décision clé de M. Dufour a été de mettre sur pied une commission indépendante sur le caribou des bois et des montagnes.

Dans son rapport, cette dernière s’est essentiellement rangée du côté de scientifiques comme Martin-Hugues St-Laurent, exhortant Québec à agir pour sauver les troupeaux.

Fouetter le gouvernement

La plupart des arguments présentés par Martin-Hugues St-Laurent ont été soulevés à maintes reprises au cours des dernières années par divers chercheurs universitaires, biologistes et autres organismes de conservation.

Au sein même du gouvernement du Québec, des biologistes rémunérés par l’État ont produit des documents témoignant des perturbations de l’habitat du caribou forestier par l’activité humaine.

Des experts du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs étaient également dans la salle lors de la présentation de M. St-Laurent jeudi dernier. j’en ai parlé à mes collègues [du ministère]. Ce n’est pas sous leur responsabilité que ça se passe, ça se passe plusieurs étages au-dessus d’eux. Les biologistes font un excellent travailprend soin de préciser M. St-Laurent.

Ce dernier a surtout tenu à souligner l’abandon du caribou par les décideurs politiques, les personnes en position de pouvoir.

Un homme en veste et cravate accorde une interview dans la tribune de la presse.

Benoît Charette a hérité du dossier du caribou en tant que ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs. (Photo d’archive)

Photo : Radio Canada

En réalisant cette étude et en en dévoilant les grandes lignes à un parterre d’experts étrangers, M. St-Laurent a voulu porter la situation à l’attention de la communauté internationale. Le Québec est jaloux de sa réputation internationaleil a dit. Cela peut également faire pression sur le gouvernement pour qu’il fasse mieux.

L’expert rappelle que le Québec négocie actuellement avec les Premières Nations, notamment, ainsi qu’avec le gouvernement fédéral, concernant la protection des espèces, dont le caribou des bois. Ottawa, par l’intermédiaire du ministre de l’Environnement Steven Guilbeault, a déjà menacé d’intervenir par décret au Québec si la province n’en faisait pas assez pour protéger le caribou.

Le gouvernement Legault s’engage à dévoiler sa nouvelle stratégie de protection de l’habitat du caribou forestier au plus tard en juin prochain. Le ministre québécois de l’Environnement, Benoit Charette, porte le dossier.

En coulisses, les Premières Nations ont déjà indiqué qu’elles n’avaient pas été suffisamment consultées par le Québec. Martin-Hugues St-Laurent abonde dans le même sens dans le cas des scientifiques. Nous étions si peu impliqués en cours de route. Je ne m’attends pas à beaucoup de révolutionnaire.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page