Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

Bulles d’Humanité : Le faux pour dire le vrai

Une bande dessinée comme un pamphlet, avec une verve graphique aussi. Le dessin épuré, qui joue sur les aplats et les perspectives, ouvre notre imaginaire, confronte le lecteur à ses présupposés avec humour et beauté. L’auteur-designer Delphine Panique évoque son intention : faire une « bande dessinée documentaire » à sa manière, « très précise, très documentée, sur un métier inexistant, à partir d’un personnage fictif et de son témoignage inventé ». Mais ses pays imaginaires, ses protagonistes rêvés renvoient sans mentir à notre présent, aux petites mains, aux invisibles, à ceux qui exercent ces « métiers essentiels » mal payés, pénibles et nécessaires aux plus riches pour continuer à vivre luxueusement. Les précaires caressent les « mognoles » pour vivre, forment les « pijaunes » pour nourrir les enfants restés au pays, conduisent les « bibinettes » bricoleuses pour livrer des plats « nippothaiviet » aux gens pressés.

Derrière la magie des mots créés, Delphine Panique décrit les métiers du soin, la difficulté des mères isolées qui peinent loin de leurs bambins et qu’aujourd’hui on aimerait encore punir d’avoir osé laisser leurs enfants traîner seuls. Dans ce monde observé, il y a les voitures des pauvres, polluantes donc interdites, qui doivent céder la place à celles des riches avec le filtre anti-pollution-vert-nouvelle-génération-plaqué-or-rose-de-sibalvie, les enfants dépareillés , les personnes qui pratiquent la dénonciation. Mais aussi des situations cocasses, parfois absurdes, toujours poétiques. Sans pathos ni démonstration grandiloquente, Delphine Panique fait mouche. Son dessin stylisé interroge nos stéréotypes, nous oblige à nous interroger sur nos propres préjugés, nos manières téléphoniques d’appréhender une situation, un étranger, un comportement.

Cape d’invisibilité

Ce roman graphique, socialement puissant, ne pouvait s’achever sans rappeler le continuum historique de la lutte des femmes, passée sous un manteau d’invisibilité, dont la mémoire est désormais enfin peu à peu restaurée. Rappelez-vous 1789, ces femmes qui furent les premières à quitter la place de Grève pour marcher sur Versailles. Ou les midinettes de 1917, ces couturières qui manifestaient contre l’injustice salariale et leurs terribles conditions de travail. Ils ont suscité un grand mouvement social bien au-delà de leurs ateliers, avec une issue victorieuse. Cependant, les midinettes ont également disparu des manuels scolaires, désormais assimilées dans le dictionnaire à des « jeunes filles simples et frivoles ». Rien de frivole cependant dans le fait de manger son dîner sur le pouce, à midi, faute de temps de pause offert aux ouvriers.

L’auteur ne les a pas oubliées, ni leurs sœurs les mondines de la plaine du Pô, les sardinières de Douarnenez, les American Radium Girls… ou, plus près de nous, les nettoyeuses de l’Ibis Batignolles, dont l’une a désormais rejoint la Chambre des députés. A ces héroïnes souvent éloignées des livres d’histoire, ce roman graphique rend par la fiction le meilleur des « femages ».


Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Photo de Cammile Bussière

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page