Skip to content
Bulgarie: le gouvernement renversé par un vote de défiance

A peine six mois au pouvoir et il a déjà été renversé : le Premier ministre bulgare Kirill Petkov a fait face à une motion de censure au Parlement le 22 juin, sur fond de divergences accrues sur le dossier ukrainien. Le texte a été adopté par 123 députés, tandis que 116 ont voté contre, sur les 240 sièges, a annoncé le vice-président du Parlement, Miroslav Ivanov.

Les Bulgares ont déjà vécu trois élections législatives l’an dernier. Jusqu’à l’entrée fracassante en politique du libéral pro-européen Petkov, diplômé de l’université de Harvard affichant une volonté d’éradiquer la corruption après les trois mandats de son prédécesseur, Boïko Borissov.

Désormais plane le risque d’une spirale électorale sur ce pays balkanique de 6,5 millions d’habitants, le plus pauvre de l’Union européenne.

Plusieurs dossiers qui sèment la zizanie

Mais la coalition hétéroclite formée en décembre s’est scindée : début juin, elle a perdu le soutien du parti antisystème « Il y a un tel peuple » (ITP).

Dans l’opposition, le Gerb, le parti conservateur de Boïko Borissov, s’est engouffré dans la brèche et a déposé une motion, pointant « l’échec de la politique économique et financière du gouvernement », dans un contexte de flambée des prix.

Parmi les thèmes qui ont semé la zizanie : les livraisons d’armes à l’Ukraine. Au sein du gouvernement, alors que la plupart y étaient favorables, les socialistes s’obstinèrent à refuser de répondre aux revendications de Kyiv.

Autre source de discorde, le veto bulgare sur le lancement des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE, pour des raisons de différends historiques et culturels.

Le conflit en Ukraine a remis sur la table la question de l’élargissement de l’UE aux Balkans, avec une importance géostratégique accrue, et la pression occidentale pour que Sofia lève son opposition s’est accrue.

Mais la stratégie de rapprochement initiée par Kirill Petkov n’était pas du goût de tout le monde au sein du gouvernement.

Détails à suivre…

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.